Light painting : interview et conseils d’une passionnée

light painting tutoriel

Il y a tout juste un an, j’interviewais Maryse, une amie photographe, qui partageait avec nous sa passion pour l’exploration rurale. J’ai récemment passé à nouveau quelques jours en sa compagnie, et elle a accepté de nous donner certains de ses secrets au sujet du light painting, un loisir qu’elle a beaucoup développé avec le temps. Dans le tutoriel qui suit, Maryse nous explique donc comment faire du light painting, et nous offre, pour le plaisir des yeux, quelques unes de ses plus belles photos. Matthieu, un autre ami, s’est joint à nous en glissant ça et là quelques uns de ses clichés. Un grand merci à eux deux ! Et pour les plus pressés, retrouvez le résumé du tutoriel en fin d’article…

Définition du light painting :

Avant de nous lancer, pour celles et ceux qui se demandent ce qu’est le light painting, voici une petite définition. Le light painting est une technique photographique qui consiste à utiliser une ou plusieurs sources lumineuses, lors d’une prise de vue avec un temps de pose plus ou moins long. La lumière peut-être soit dirigée vers l’objectif, soit vers le sujet.

Pour faire encore plus simple, il s’agit de peindre (comme son nom l’indique d’ailleurs), non pas avec un pinceau, mais avec de la lumière. Le mouvement lumineux effectué, grâce au temps de pose, suffit à dessiner les différents traits qui apparaîtront sur le cliché final.

comment faire du light painting
Essai de light painting à la maison / Crédits @Exploration Rurale

Light painting, comment faire ?

Je laisse maintenant la parole à Maryse, qui se prête gentiment au jeu des questions réponses. Elle vous expliquera bien mieux que moi comment faire du light painting, et comment obtenir un rendu impressionnant dès vos premières prises de vues.

Peux-tu te présenter en deux mots ?

Je m’appelle Maryse, je pratique la photographie depuis de nombreuses années et je me suis mise peu à peu au light painting. Avant j’étais une passionnée d’URBEX (je le suis toujours), et c’est un ami urbexeur qui m’a initiée au light painting, il y a environ un an et demi. J’ai vraiment accroché, et je pratique désormais ce loisir régulièrement.

Pour photographier, j’utilise simplement un vieux boitier canon 500D, avec un objectif grand angle 10-18mm, ce qui est mieux je trouve, pour avoir plus de recul.

Existe-t-il différentes manières de faire du light painting ?

Oui, il existe déjà différents styles, comme la calligraphie, le graffiti, certains éclairent aussi des paysages, d’autres des vieilles voitures, ou des personnes, voire des scènes avec plusieurs dizaines de volontaires qui vont chacun jouer avec la lumière pour donner un tableau complet (je pense à Audrey Pom’s), d’autres encore jouent avec des tubes (comme Eric Paré).

Pour les techniques, on peut utiliser simplement la lumière, mais certains s’amusent avec des artifices ou du feu. Dans l’univers du light painting, certains sont spécialisés, d’autres plus généralistes, comme pour la photo d’ailleurs.

light painting tutoriel facile
Une ambiance quasi-mystique / Crédits @Utopies Temporelles

Au départ, on touche un peu à tout, on teste, on essaie des choses avec tout un tas de petites lumières, avant de trouver la technique qui nous convient le mieux, et que l’on creuse pour arriver à créer enfin le résultat que l’on imagine.

Quelle est ta plus belle photo de light painting, et pourquoi ?

C’est cette photo (N.D.L.R. voir photo qui suit). Ce lieu est ma cour de récréation, un endroit tout près de chez moi où j’emmène souvent des gens pour leur faire découvrir l’endroit, et aussi le light painting. Il offre plein de possibilités.

Cette photo est le portrait d’une amie qui aime découvrir de nouvelles choses et qui est très joueuse, elle se prête très facilement aux exercices que je lui demande pour faire une photo, et c’est pour moi c’est la photo de light painting la plus aboutie que j’ai pu faire.

photo de light painting
La photo préférée de Maryse / Crédits @Exploration Rurale

Une photo loupée aussi, et qu’en as-tu appris ?

Dans le light painting, tu peux faire énormément de photos et avoir sur une série entière un seul cliché qui soit bon. Quand tu commences, il faut tellement apprivoiser la lumière que tu es obligé de tâtonner.

J’ai fait beaucoup de sessions en essayant une nouvelle lampe, ou un nouveau système d’éclairage, sans savoir ou j’allais ce qui m’a donné une grande quantité de photos, qui sont juste des essais, avant de comprendre comment cette lumière pourrait bien rendre, et la manière dont je pourrais l’utiliser. Après, ces ratés me resservent pour la suite, pour avancer, pour progresser ou éliminer totalement certains types d’éclairage.

Un peintre c’est quelqu’un qui essuie la vitre entre le monde et nous avec de la lumière, avec un chiffon de lumière imbibé de silence.

Christian Bobin, L'inespérée

faire du light painting conseils
La même idée que le cliché précédent, mais avant de réussir la photo (traits rouges à droite) / Crédits @Exploration Rurale

J’ai souvent vu passer sur le net des photos de sparks (cercles d’étincelles projetées), quel est le secret pour réussir ce type de cliché ? Est-ce dangereux ?

Les sparks font toujours leur effet visuel, ça claque tout de suite ! C’est très simple à faire, c’est basique, ça nécessite du matériel pas cher et c’est à la portée de n’importe qui. Tout de suite, dès ta première session, tu peux faire de très beaux sparks sans problème, une fois que tu sais quel matériel utiliser. Pas besoin de t’y reprendre et de faire 100 photos.

Au niveau de la dangerosité, il y a forcément un minimum de risque, puisque tu utilises un élément incandescent, donc il faut se poser les questions élémentaires de sécurité, comme où faire ce type de light painting ? Évidemment, pas en plein été dans une forêt… Pour ma part, je privilégie les lieux où je suis sûre qu’il n’y a aucun souci au niveau incendie. Il faut également penser à sa propre sécurité : ça peut chauffer. En général il ne faut pas pratiquer pas les bras nus, se couvrir la tête, se protéger un minimum sans pour autant sortir la tenue de pompier. C’est pareil pour ceux qui utilisent des feux ou des artifices. Et ne jamais revêtir des vêtements synthétiques (de type polaire).

(N.D.L.R. je publierai prochainement un article complet consacré aux sparks, avec tous les détails pratiques.)

sparks light painting
Exemple de la technique des sparks / Crédits @Utopies Temporelles

Quel est le matériel indispensable que tu utilises pour la prise de vue ?

J’utilise un boitier reflex (certains font du light painting avec un téléphone portable, ça fonctionne mais le résultat n’est pas du tout comparable avec celui d’un vrai appareil photo), un trépied, une télécommande (il faut privilégier les non-filaires comme la Neewer), même si c’est possible sans télécommande (en utilisant par contre le mode retardateur, ce qui est moins pratique). Concernant le matériel de base, avec seulement ça, on peut faire du light painting.

Ne pas oublier de porter des vêtements sombres par contre, et de prendre avec soi une lampe frontale, ce qui permet de garder les mains libres sans être dans le noir, lorsqu’on prépare une photo.

Quel réglage pour débutant fonctionne à chaque fois (ou presque) ?

En considérant que tu as le matériel cité ci-dessus, tu te mets en mode BULB pour être maître de ton temps, pour la sensibilité ISO il faut être au plus bas (100 ou 200), et pour la focale entre F8 et F11. Les ajustements dépendent de chacun, ça dépend de ce que tu maîtrises ou non dans la technique photo.

Monter les ISO selon l’intensité de la lumière et la puissance des lampes (mais on ne monte jamais bien haut). Si la lumière est trop faible, on peut aussi bouger plus lentement la lampe au lieu de monter directement en ISO. Si elle est au contraire puissante, il faut aller plus vite car l’appareil a besoin de moins de temps pour capter la lumière.

Pour avoir un dessin droit, ne pas hésiter à utiliser des repères (son propre corps comme la hauteur des épaules, ou des marquages à la craie au sol par exemple).

Un morceau de plexiglas et le tour est joué / Crédits @Exploration Rurale

Comment crées-tu les différentes lumières ?

Avant tout, le light painting se pratique dans le noir complet. Ensuite, tout type de lumière fonctionne, à partir du moment où elle est autonome (c’est-à-dire qu’elle n’est pas branchée au secteur) : des petites LED, une bougie, un briquet, des petits feux d’artifices… Tu fais aussi avec les moyens du bord, la lumière d’un téléphone est déjà suffisante pour s’amuser. On peut aussi utiliser une simple lampe torche et colorer le faisceau en apposant tout simplement un bouchon en plastique de couleur (à placer sur le faisceau pour faire comme un filtre) ou des protège cahiers de couleur, sinon il existe des vrais filtres pour modifier la lumière.

On trouve énormément de rubans de LED montés sur piles, tu peux faire ensuite tout ce que tu veux. Pour un coût très faible, tu peux fabriquer de très beaux outils de light painting (des beaux sabres laser…), la seule limite est l’imagination.

Quand je me rends dans un magasin de bricolage, je pense tout de suite au light painting et je suis à l’affût de l’objet qui pourra servir, même chez moi ou quand je fais mes courses (au rayon jouets pour enfants, j’ai déjà acheté des bricoles à quelques centimes pour ensuite m’amuser comme une folle). Toute source lumineuse est utilisable, de la plus simple à la plus complexe. Certains créent des outils avec des programmes électroniques de folie, mais il n’y a pas besoin d’avoir du high tech pour faire du light painting. Il existe aussi ce qu’on appelle des scripters (mini-lampes à LED), et des fils électroluminescents à agiter pour obtenir un effet de fumée. Enfin, il faut penser à prendre du scotch noir (pour masquer un peu une lampe…), et de la ficelle.

light painting comment débuter
Une bien jolie orbe / Crédits @Utopies Temporelles

Tu fais aussi de l’exploration urbaine et rurale, tu avais d’ailleurs répondu à une interview à ce sujet sur mon blog, fais-tu un lien direct entre ces deux pratiques ?

Oui, la pause longue par exemple, car en exploration urbaine on est souvent dans des lieux sombres, voire très sombres, et on peut être amené à devoir utiliser de la lumière pour éclairer une pièce obscure : en URBEX, on peut faire du light painting sans s’en rendre compte, et on découvre des lieux tellement magnifiques, que pour les sublimer, rien de tel qu’un beau jeu de lumières.

Aussi, personnellement, je pratique beaucoup le light painting sous terre dans des carrières, et j’adore ça, ce sont des endroits que j’aime beaucoup, où je me sens bien.

Connais-tu d’autres adeptes de light painting, que tu pourrais nous recommander ?

Matthieu Tesson (Utopies Temporelles), parce qu’il m’a initiée, aussi parce que c’est un ami, et j’aime beaucoup le style de light painting qu’il pratique. Il sait mettre en valeur des lieux, et joue parfaitement avec la lumière. Quand nous avons commencé ensemble, au tout début, nous étions très silencieux car nous avions besoin de concentration, et sous terre, nous étions en condition pour nous concentrer, sans aucune perturbation extérieure. Maintenant, on papote beaucoup !

Sinon, j’aime beaucoup ce que fait Palateth, j’aimerais faire des choses qui ressemblent à son travail, Matthieu aussi l’adore d’ailleurs, car il crée de belles ambiances avec une grande maîtrise du light painting. Enfin, il existe une vidéo (en anglais) que vous pouvez visionner pour en découvrir plus.

Un dernier mot, pour conclure ?

Le light painting, c’est hyper fun, à chaque fois qu’on en fait, on s’amuse, même quand on est sérieux et qu’on veut sortir de belles photos parfaites, on s’amuse ! C’est une chose en commun que ressentent tous ceux qui font du light painting, ce côté fun, qu’on soit des enfants ou des adultes, on retombe en enfance, on veut tout essayer, on invente des chorégraphies, et on se régale devant et derrière l’appareil. Et puis, arriver à dompter la lumière, c’est quand même très enfantin !

Dans mon quotidien, je pense au light painting très très souvent, dans n’importe quel lieu, dans un magasin, et même chez moi je le pratique. Il existe une réelle communauté, et même un rassemblement international de light painting de haut niveau, regroupant des gens du monde entier. C’est une communauté inscrite dans le partage et le fun : une ambiance très sympa.

Light painting, tutoriel résumé :

Avant de conclure, voici un petit pense-bête des étapes à ne pas manquer lors du réglage de votre appareil photo, dans l’ordre :

  1. Faire la mise au point à l’aide de l’autofocus (utiliser un autre mode qu’en manuel, S par exemple). Pour cela, éclairer le sujet avec une lampe de poche, ou allumer simplement la lumière lorsque l’on est chez soi.
  2. Passer en mode manuel et enlever l’autofocus ainsi que le stabilisateur. Si l’on dispose d’une télécommande, mettre le mode BULB. Sinon, il faut mettre le retardateur et régler le temps de pose (30 secondes est généralement le maximum).
  3. Régler les ISO à 100 (voire 200 ou un tout petit peu plus), et la focale sur 11 (voire 8, tout dépend de ce que l’on souhaite obtenir).
  4. Éteindre toutes les lumières qu’on n’utilise pas pour le light painting.
  5. Amusez-vous !

Je tenais à remercier grandement Maryse pour avoir bien voulu partager avec nous ces quelques précieux secrets, et pour l’excellent moment que nous avons passé ensemble lors de mon récent séjour chez elle. Si vous souhaitez en savoir plus sur son travail photographique, ou échanger directement avec elle, je vous invite à la retrouver directement sur sa page Facebook. Il en va de même pour Matthieu d’Utopies Temporelles : un grand merci à lui pour ces jolis clichés !

Pour aller plus loin, vous pouvez également découvrir toutes mes galeries photos de voyage, ainsi que mes autres conseils aux voyageurs et mon article complet pour réussir vos photos de vacances ! Et vous, faire du light painting, ça vous tenterait… ?


light painting tutoriel facile et complet
Épinglez cet article sur Pinterest !

15 thoughts on “Light painting : interview et conseils d’une passionnée”

  1. Merci Astrid pour cette nouvelle découverte, cela parait si simple quand c’est expliqué.
    C’est vraiment très, très, beau. J’ai envie d’essayer.
    Bise.
    Merci encore
    Thierry.

  2. Merci pour cet interview génial avec plein de conseils intéressants !! 🙂 J’adore le light painting et les photos sont magnifiques.
    J’en faisais un peu avec ma meilleure amie quand j’étais ado et depuis j’ai toujours aimé cette pratique sans pour autant prendre le temps de m’y remettre vraiment. Lire cet article m’a trop donné envie de m’y remettre ! 🙂

  3. Bonjour,
    Juste OUAHHHH, c’est une véritable découverte, je suis sous le charme.
    Je vais me lancer dès aujourd’hui☺.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.