Être musicien dans la rue : conseils et retour d’expérience

être artiste de rue

Vous possédez un talent et vous souhaitez gagner un peu d’argent tout en voyageant ? Cet article est pour vous, vous y trouverez quelques conseils pour devenir artiste de rue et un retour sur mon expérience…

Ah oui, au fait, je joue de la guitare, de l’harmonica, et surtout de l’accordéon diatonique ! J’ai donc axé cet article sur la musique, mais ces conseils peuvent s’appliquer à n’importe quel autre talent artistique.

Choisissez bien votre emplacement :

Jouer dans un lieu non-adapté est une perte de temps, et vous risquez en plus de connaître quelques soucis. Voici certains critères que j’essaie toujours de réunir, et quelques endroits qui fonctionnent aussi assez bien :

  • Une rue passante ;
  • Une rue piétonne ;
  • Une rue touristique ;
  • Une rue commerçante ;
  • Une place avec de nombreuses terrasses ;
  • Sur la promenade d’un port, le long d’un fleuve, sur un pont (mes endroits favoris) ;
  • Un lieu d’attente (sortie d’une gare…) ;
  • Devant un monument célèbre ;
  • L’entrée d’une galerie marchande (attention, c’est souvent là qu’on vous délogera) ;
  • Les bornes de paiement à la sortie des parkings extérieurs…

Enfin, certaines villes sélectionnent les meilleurs artistes de rue et leur confient des emplacements attitrés. C’est l’occasion de tenter votre chance, car si vous êtes sélectionné vous serez mis en avant (et en règle avec la législation locale).

Adoptez la bonne attitude :

Avant toute chose, misez sur le sourire ! Soyez avenants, et soignez un minimum votre look : tout comme lorsque vous faites de l’auto-stop, votre présentation compte beaucoup. Saluez les commerçants alentours, et faites en sorte de ne pas importuner le voisinage (qui en fait, ne vous a rien demandé). De même respectez les autres musiciens de rue, si d’autres artistes sont déjà dans les parages, éloignez-vous, ou attendez votre tour patiemment.

Évidemment, plus vous jouerez bien, plus le public appréciera. Votre originalité et votre performance artistique seront vos meilleurs atouts. Pour autant, tout comme moi, vous n’éviterez sûrement pas les fausses notes : souriez, et poursuivez ! Dialoguez avec votre public, suscitez la curiosité, et provoquez les interactions. Une petite blague glissée au bon moment, un clin d’œil à un enfant qui vous regarde, un merci quand on vous glisse une pièce : ne jouez pas pour vous, mais bien pour les passants.

Enfin, transmettez de l’émotion, faites voyager les promeneurs grâce à votre musique, partagez votre sensibilité : jouer devant des inconnus, c’est prendre le risque de vous mettre à nu, et de vous ouvrir à l’autre.

C’est aussi recevoir énormément de générosité, et ce bien au-delà d’une petite pièce de monnaie : une invitation à dormir, une part de gâteau fait maison, un bonbon ou un sourire, les petites attentions ne manquent pas. Voyager en musique facilite grandement le contact avec les habitants.

Petite session musicale le long du port du Croisic

Ayez le bon matériel :

Vous pouvez bien sûr jouer en fonction de votre feeling et ne pas prévoir de matériel à l’avance. Toutefois, pour ma part, lorsque vient le moment de faire mon sac à dos, voici quelques objets qui me sont utiles, et qui donnent je le pense plus de crédibilité à ma démarche :

  • Un petit siège de camping pliable ;
  • Un chapeau ou une boîte, pour mettre votre cagnotte ;
  • De la petite monnaie (pour le démarrage) ;
  • De quoi protéger votre instrument en cas de pluie ;
  • Des mitaines s’il fait froid ;
  • Votre équipement de sonorisation portable ;
  • Des CDs avec votre propre musique ;
  • Des cartes de visite permettant de vous recontacter ;
  • Un panneau qui explique les particularités de votre projet (j’ai fait du bateau-stop grâce à ma guitare par exemple, en écrivant ma destination sur un panneau lorsque je jouais).
Jouer de la musique dans la rue : un excellent point lorsqu’on voyage

Respectez les mœurs et la législation :

Depuis que j’ai tout quitté pour changer de vie, j’ai réalisé que devenir artiste de rue fut un véritable tremplin pour me plonger au cœur de la vie locale. Si vous sautez le pas, partout, vous rencontrerez des personnes sensibles à votre projet, et d’autres plus réticentes. Chacun est en droit d’avoir sa propre opinion. Pour certains, vous partagez votre musicalité avec les passants qui vous récompensent s’ils apprécient. Pour d’autres, vous faites un sacré tapage, tout en mendiant. Tout est question de point de vue, et jouer en ville vous expose à un public non volontaire : à vous de respecter cette règle du jeu.

D’ailleurs, comme le disait si bien Saint-Exupéry, l’âme artistique qui sommeillait en nous n’a pas toujours eu la chance d’avoir été réveillée à temps.

Vieux bureaucrate, mon camarade ici présent, nul jamais ne t’a fait évader et tu n’en es point responsable. Tu as construit ta paix à force d’aveugler de ciment, comme le font les termites, toutes les échappées vers la lumière. Tu t’es roulé en boule dans ta sécurité bourgeoise, tes routines, les rites étouffants de ta vie provinciale, tu as élevé cet humble rempart contre les vents et les marées et les étoiles. Tu ne veux point t’inquiéter des grands problèmes, tu as eu bien assez de mal à oublier ta condition d’homme. Tu n’es point l’habitant d’une planète errante, tu ne te poses point de questions sans réponses : tu es un petit bourgeois de Toulouse. Nul ne t’a saisi par les épaules quand il était temps encore. Maintenant, la glaise dont tu es formé a séché, et s’est durcie, et nul en toi ne saurait désormais réveiller le musicien endormi ou le poète, ou l’astronome qui peut-être t’habitait d’abord.

Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes

Vous voulez jouer de la musique à l’étranger ?

Si vous jouez à l’étranger, je vous conseille de jeter un œil au site internet (anglophone) Ready for busking, qui répertorie de nombreuses villes européennes et indique quelques bons spots, tout en revenant sur l’expérience d’une bande de joyeux musiciens en vadrouille.

Sachez par ailleurs qu’en anglais, jouer de la musique dans la rue se dit busking. L’artiste est donc un busker.

Dans tous les cas, il est important de ne pas perdre de vue les motivations premières de votre voyage. J’ai joué dans des pays en développement sans jamais accepter le moindre centime, car cela n’avait aucun sens : voyager sans argent, c’est bien, y apporter du sens, c’est mieux. Mon objectif était alors uniquement d’aller à la rencontre des habitants, et la musique m’a ouvert des portes inimaginables.

Enfin, concernant les législations locales, généralement, vous aurez besoin d’une autorisation spécifique pour jouer de la musique dans la rue (à demander dans les préfectures ou les mairies). Évidemment, cela n’est pas toujours facile à obtenir, surtout si vous êtes un itinérant. Je ne peux que vous conseiller d’être en règle, du moins le plus possible, sous peine de devoir écouter un long sermon de la part de la police, voire de vous faire confisquer votre instrument. Si vous tentez tout de même votre chance, c’est un peu comme au loto en fait, il faut croiser les doigts et en cas de souci, faire profil bas.  Pour ma part, j’ai toujours été très bien reçue, que ce soit de la part des habitants comme de celle des autorités.

Et pour finir voici un petit cadeau, pour ceux qui souhaitent écouter à quoi ressemble ma musique. Bon, j’ai appris seule ces deux instruments, pardonnez-moi les quelques couacs !

J’ai écrit cet article en généralisant volontairement les situations. À vous d’adapter ces quelques lignes en fonction du lieu où vous vous trouvez et de l’instrument que vous pratiquez. Sachez qu’il est tout à fait possible de financer la totalité d’un voyage de cette manière, comme je l’ai fait durant mes deux semaines de voyage en Norvège sans argent (avec un budget de départ de zéro euro).

J’ai retranscrit dans cet article toutes les informations en ma possession. Je reçois beaucoup de messages pour avoir plus de précisions, sachez que je vous renverrai systématiquement vers la mairie concernée. Pour toute question plus précise, je reste à votre disposition.

Enfin, pour aller plus loin, n’hésitez pas à retrouver tous mes conseils aux voyageurs, ainsi que la philosophie de ma vie nomade et tous les écrits relatifs à mon tour du monde. Maintenant, à vous de jouer ! Et si certains d’entre vous ont des conseils à rajouter, je suis preneuse dans les commentaires ci-dessous…


artiste de rue
Épinglez cet article sur Pinterest !

59 thoughts on “Être musicien dans la rue : conseils et retour d’expérience”

  1. Salut Astrid,
    merci pour le partage d’expérience et la transparence de ta démarche. Par le lecture de cet article j’ai eu pas mal de réponses à mes questions, et pleins d’autres idées qui ont germées, entre les interactions et autres commentaires. J’ai envie de te dire « enjoy your trip », mais c’est déjà ce que tu fais, ainsi que la plupart des saltimbanques qui ont partagés leurs expériences. ça me rappelle aussi que je reste immobile de mon côté, et qu’on se construit rapidement des frontières au fur et à mesure de réflexion plutôt que de se jeter dans le bain, avec sincérité et bienveillance envers les autres, SANS s’autojuger soit-même. J’ai un souvenir d’une simple phrase des frères Grant à mon égard (Twinkle Brothers) lorsque je les interviewais la guitare à la main en arpège de fond pour ambiancer leurs paroles. Ils ont vite percuté que je posais des questions parfois d’ordre personnelles qui me concernaient un peu dans le fond (comment ils faisaient pour faire de la musique ensemble depuis plus de 50 ans, vue la difficulté de former un groupe même à l’échelle locale, et de maintenir la vibe et les zikos, leur manière de composer les morceaux, vivre au service de la musique, etc…). Bref ils ont percuté que je me posais des questions, trop de questions, ont bien calculé que j’étais un musicien « inquiet »… mais que je souhaitais sortir de ma coquille quoi… Bref, l’ainé m’a interpellé, m’a dit d’arrêter de me poser des questions, de jouer de la musique tout simplement, sans me juger moi-même car les autres ne se priveront pas de le faire. Me donnant un exemple de ce qui se fait tous les jours en Jamaïque, des artistes s’exposent dans la rue, en face d’un public de passage, et c’est la réaction de celui-ci qui te donnera le meilleur retour, à savoir persévérer ou bien tracer sa route. Voilà, maintenant y a plus qu’à sortir les cojones bien rangées au chaud dans mon caleçon. En tout cas, merci encore, c’était agréable et enrichissant de te/vous lire. T’es dans quel pays actuellement? Force & guidance

    1. Salut Fishaman et merci pour tout commentaire ! Haha alors, tout ce que je puisse te souhaiter est de trouver le courage que tu évoques, et de prendre beaucoup de plaisir, en musique et sur la route ! Actuellement je suis en Suède pour l’hiver, à Malmö, si tu passes dans le coin, fais signe pour aller boire un café ! Bon vent à toi 🙂

  2. Hello Astrid

    Très intéressant ton expérience, et une belle écriture !
    Cela fait rêver bravo et
    Merci beaucoup

    J’ai souvenir dans mon enfance vers l’âge de 14 je rêvait de voyage alors je suis parti sur la route en stop avec 3 euros en poche en plein hiver.
    J’ai fini au poste de Police à 300 km de chez moi, où les parents ont du me chercher.

    Je repartirai sur la route cette fois ci mieux préparé, et en plus je suis guitariste chanteur ça peut servir d’après ce que je lis dans ton blog.

    J’irai jouer sur les quais de Seine cet été tous les soirs pour commencer 🙂
    peut être y sera tu un de ces soirs !

    1. Salut Kamil,

      Merci d’avoir partagé ton expérience avec nous ! Pas toujours facile à ce que je vois 🙂 Je te souhaite bonne chance pour les quais de Seine, en tout cas le cadre sera top ! Bon vent à toi…

  3. Je trouve ton article super. Ta musique est vraiment très belle ! Je suis moi même un pianiste guitariste batteur chanteur et les réactions que nous procure la rue sont juste magiques. Même sans parler argent la plus grande richesse de la rue est de voir que tu es un petit rayon de soleil dans la journée des gens qui te sourient et t’encourages 🙂 Continue en tout cas c’est super !

  4. Bonsoir,
    je suis une jeune violoncelliste (14 ans) ça fait 7 ans que j’ai des cours et beaucoup d’activités musicales. Je voudrais gagner de l’argent et m’acheter un violoncelle de bonne qualité. Croyez-vous que je puisse jouer dans une toute petite ville et gagner assez d’argent (et ne pas me faire refouler surtout)? Faut-il plutôt privilégier un duo ou trio ?
    Merci et bravo pour le site, on voit que c’est une longue expérience

    1. Bonjour Luce,

      Je te remercie pour ton message. Difficile de répondre à ta question, beaucoup de choses entrent en compte quand on joue dans la rue : le contact avec le public, l’emplacement, le style de musique, la fréquentation, la météo, peut-être bien la chance aussi! Peut-être devrais-tu contacter ta mairie? Ou faire des tests et ajuster par la suite? Bonne chance à toi en tout cas 🙂

  5. Il faut de longues annees d experience
    une personalite particulierement forte.
    Le sens du commerce et de la psychologie des humanoides
    la maitrise impressionante d un instrument et d un repertoire precis
    Etre capable d enregistrer des disques
    avoir un van ou un camping car comme moi.
    pour ramasser suffisament d argent sur les places publiques.
    au point que cela devienne une profession.
    pour les autres ce ne sont que des oboles miserables et l humiliation.
    Ton site est tres bien.

    1. Bonjour Hubert,

      Je te remercie pour ton message et ton gentil mot au sujet de mon site. Toutefois, je ne suis pas totalement d’accord avec ce que tu écris. Je ne pense pas que toutes les qualités que tu cites soient requises pour jouer dans la rue. Pour moi, il ne s’agit pas d’en faire une profession, mais bien de pratiquer une activité qui me plait et qui permet de gagner un peu d’argent en même temps. J’y prends beaucoup de plaisir, et j’essaie d’en donner à ceux qui m’écoutent jouer, et c’est à mon sens amplement suffisant. Je ne suis pas une virtuose, je n’ai pas enregistré de disque, et je n’ai pas d’autre objectif que celui de voyager en musique. Après comme tu dis, c’est certain que pour en faire une profession, cela demande beaucoup de travail et d’engagement. Mais si seuls les bons écrivains pouvaient écrire, seuls les excellents photographes pouvaient prendre des clichés, et seuls les génies de la musique pouvaient jouer, le monde serait bien triste, non? Au plaisir d’en discuter plus longuement avec toi en tout cas, c’est toujours intéressant de voir les choses sous de nouvelles perspectives 🙂 Je te souhaite une bonne continuation.

      1. Moi je trouve aussi que jouer dans la rue est vraiment enrichissant … si les condés nous laissent jouer. Aussi bien en France avec les arrétés municipaux interdisant « la mendicité et la musique » (sic), qu’en Italie, qu’en Angleterre … il parait que c’est la même chose. C’est pour cette raison que je n’ai malheureusement pas persévéré. Peut être n’ai je pas de chance d’habiter sur la côte d’Azur et j’aimerais bien savoir si ailleurs en France – pas dans des petits villages bien sûr -ils sont plus tolerants. A Nice j’ai essayé de faire les choses en règle en demandant une autorisation à la mairie. Ils l’ont refusé. Ils ont même chassé un pianiste qui venait avec son piano à roulettes place Masséna tout les jours depuis des années. Ils l’ont chassé mais il a reussi à avoir un article super dans le journal local + beaucoup de soutien sur FB. Il a du coup obtenu un rdv avec un adjoint et depuis ils l’embêtent plus. Même si elle finit bien cette histoire fait froid dans le dos car elle montre ce que le pouvoir veut . Qu’on reste terré à la maison pour être facilement gouvernable, trop content de la periode de terreur qui a suivi l’attentat pour justifier cet assinat de la culture.

        1. C’est sûr que selon le lieu, on n’est pas toujours les bienvenus… J’ai surtout joué en Scandinavie et là-bas, jamais de souci! En France en Bretagne et en Vendée ça se fait bien, j’ai jamais tenté les grandes villes par contre, j’aime bien jouer dans un cadre un peu intimiste 🙂 Dommage que tu aies arrêté, je te souhaite une bonne continuation!

          1. bonjour, c’est avec beaucoup d’intérêt que je vous lis, j’ai aussi fais l’expérience de jouer dans la rue à plusieurs reprises dont une fois ou effectivement on m’a demandé de quitter les lieux car je n’avais pas d’autorisation mais en fait c’est surtout parce que je jouais un peu fort dans une ville du sud ouest. je possède un clavier arrangeur et mon soucis est que je dois me brancher sur secteur j’ai eu maintenant eu l’autorisation à plusieurs reprises. j’interprète au clavier saxo trompette piano flutte enfin plein plein de choses j’jouer dans la rue et parcourir la france c’est mon rêve mais je ne suis pas motorisé du fait d’un handicap visuel. je suis comme vous je n’ai jamais appris la musique. ce qui m’interpèle le plus de par cette expérience est que on m’a dit que des gens dansaient sur la place ou je jouais mais je ne l’ai pas vu et j’aimerais bien voir l’enthousiasme des gens lorsque je joue! enfin bon c’est une excellente expérience et j’espère qu’elle pourra se prolonger. bien à vous

      2. Tu as bien dit « un peu d argent »?Mes objectifs ne sont pas de gagner un peu mais 60 a 100€ par jour! consequemment il faut fournir une prestation exceptionnelle et etre un tres bon musicien avec un bon niveau de connaissances…et les contrats sont si rares pour nous les pros.Amicalement.Hubert.

      3. Mais si seuls les bons écrivains pouvaient écrire, seuls les excellents photographes pouvaient prendre des clichés, et seuls les génies de la musique pouvaient jouer, le monde serait bien triste, non?
        Pas d accord.exemple:tout le monde peut jouer du piano ou chanter.le resultat?On assiste a une debauche de creations dite artistiques d une mediocrite affligeante..lol..un tel se met a chanter sans talent un tel « gratte » quelques accords sur la guitare…une telle chante sans aucune culture musicale.et le niveau est deplorable mais qu importe?le public ignorant applaudit…et crie c est genial…mais etre un tres bon photographe un tres bon peintre un tres bon musicien exige des connaissances techniques que la plupart n ont pas.mais les gens se contentent de si peu…alors vive les mediocres!

        1. Bonjour Hubert,
          Le site en plus de mes réponses me revoie les tiennes du coup je me dis que si tu es musicien classique ce que tu dis est peut-être vrai. Sinon je dirais qu’un 21 juin dans une clinique j’ai joué 2 chansons qui sont bien passées. J’avais les rudiments de gratte qui le permettaient. La personne qui est passée après moi était un simple d’esprit à la Forest Gump qui n’aura jamais ma modeste technique de gratte. Alors il a entonné a capella « Toute la musique que j’aime elle vient de la elle vient du blues… ». Il a eu l’adhésion du public et la mienne. Et je me suis dis que c’était une belle leçon. Même avec de la technique il faut garder l’esprit du débutant. Astrid ne vent pas que sa musique, elle fait le don de sa liberté. Si le public la ressent alors la vie est belle, non?…
          Pardon Astrid d’avoir répondu à ta place!

        2. Bonjour Hubert et merci pour tes différentes réponses, c’est toujours intéressant de lire des avis différents. Je pense comprendre ton point de vue, et j’imagine que si tu es un musicien pro et que tu as beaucoup bossé pour atteindre ce niveau ça doit souvent t’agacer d’entendre des amateurs gratter quelques notes. Cela dit, je me range du côté des « médiocres », et la rue appartient à tous. Dire d’un public qu’il est ignorant ne me semble pas très respectueux, d’autant plus si c’est ce même public qui nous permet de gagner de quoi vivre. Les gens ne recherchent pas toujours la performance artistique mais l’échange, la bonne humeur, le partage, bref de passer un bon moment. Ils n’ont d’ailleurs pas demandé à nous entendre jouer, et sont les mieux à-mêmes de juger s’ils apprécient le spectacle ou non. Du moins, c’est mon point de vue 🙂 Musicalement, bonne continuation à toi!

          1. salut j’aime ta façons de pensés 🙂 il est vrais que parfois certains peuvent faire mal au oreilles mais comme tu dit c’est le public qui décide d’y prêté attention ou non … de mon point de vu tout être humain est capable de l’impossible s’il s’en donne les moyens , l’amour et l’imagination a se qu’il pratique ! dire que l’on est un virtuose , un peintre , … dire que l’on est supérieur en fait résulte de l’égocentrisme , par exemple brassens n’était pas un bon musiciens mais c’était un poète et il a réussi a accompagner sa poésie en musique et ne se considéré pas comme un grand homme mais juste comme quelqu’un qui voulait échanger des bon moment car il trouver que le monde avait besoins d’humour … je pourrait en cité plein d’autre et pour moi le réelle talent n’est pas d’arriver a faire se que l’on est capable de faire mais d’arriver a faire l’impossible a sa manière , ce qui en fait un artiste . nous somme tous des artiste et a nous de découvrir notre art car je penses que tout le monde a un truck particulier au fond de lui même qui nous différencie et que personne ne peut recopier , nous avons des émotions , des qualité ainsi que des défaut alors pourquoi de pas les partager sans ego affin d’évoluer chacun a son rythmes et crée un monde d’harmonie avec se qui nous entoure , comme on dit la critique est facile l’art est difficile .

    2. Holla, je suis un vieux musicien (70ans) et j’aimerais savoir, comment tu te produis dans la rue. Actuellement, ce qui me bloque, c’est le fait des autorisations mairie ou autre, car j’ai toujours la réponse  » pas de musique amplifiée  » alors que mon originalité ( qui n’en ait pas une ) c’est de créer mes chansons devant les gents avec un équipement électronique. Merci Astrid pour le blog et les infos. Merci Hubert pour toutes infos. Amitiés aux musiciens de rue…

      1. Bonjour Richard, je ne suis pas sûre que ma réponse t’apporte beaucoup plus d’infos mais je vais tenter! Comme je suis toujours en mouvement, je n’ai jamais le temps de demander les autorisations. Donc je joue, tout simplement, mais je sais qu’il existe un risque que cela ne plaise pas aux autorités. Je n’ai jamais eu de souci donc je croise les doigts (sachant que je suis toujours à l’étranger, en France je n’ai joué qu’en Bretagne et j’ai été très bien accueillie). Bonne chance à toi, et au plaisir!

  6. Bonjour !
    Avec deux amis (nous sommes mineurs) nous souhaiterions mener une action caritative de la façon suivante: en chantant (nous pratiquons le chant plus que la musique en elle-même —instruments…) dans les rues, l’argent récolté nous servira à acheter de la nourriture. C’est direct et concret, personnellement j’ai confiance en des associations mais comme beaucoup de personnes doutent je trouve ça bien de le faire d’une manière aussi directe.
    Habitant près de Paris, nous voudrions nous y produire.
    Le seul problème reste la législation: pensez-vous que nous devrions nous adresser nécessairement à la mairie, sachant que nous ne souhaitons pas être mis en avant pour nos capacités vocales, ou pensez-vous que nous devrions passer par une association ?
    Merci pour votre parcours inspirant et merci d’avance pour votre réponse

    1. Coucou à tous les trois 🙂 C’est sympa votre projet, je vous souhaite une belle réussite! Pour répondre à ta question, je dirai les deux en fait : contactez la mairie pour avoir une autorisation, et également une asso puisque c’est l’objectif de votre projet. Bonne chance pour l’organisation, et bravo pour votre initiative! 🙂

  7. Décidément c’est très intéressant! Je suis aussi joueur d’accordéon diatonique, guitariste et adepte du voyage à moindre frais! Ce serait cool d’avoir un jour l’occasion de te croiser.
    Tu voyage avec l’accordeon de la vidéo? Personnellement je voyage avec un honer 2915 que j’ai entièrement retapé et customisé. Je vais d’ailleurs faire un tuto sur ce qu’il est possible de faire pour customiser un 2915. Cet accordéon est parfait pour le voyage. Petit léger et de faible valeur.
    D’ailleurs, si j’avais quelque chose à ajouter à tes conseils, c’est de bien choisir son instrument de voyage. Moi je recommande bien sur le plus léger et compact possible (guitare de voyage, ukulele) mais surtout, d’une valeur financière et sentimentale moindre. On voyage toujours moins serein avec un instrument (et n’importe quel objet) qui a une forte valeur. Je pense que l’idéal est instrument qui ne nous laissera pas un grand regret si on le perd, on se le fait voler ou on le casse.

    A un de ces jours peut être, ici ou ailleurs…

    1. Salut Jojo! Tu as tout à fait raison, je suis bien d’accord avec toi. J’ai une guitare de voyage, une 3/4 qui n’a pas grande valeur (quelques dizaines d’euros). Par contre, je n’ai qu’un accordéon car c’est assez chez comme instrument, et je reconnais que lorsque je l’emporte avec moi (c’est le cas depuis un an) je suis toujours soucieuse de l’endroit où je le laisse. Il faut qu’il soit à l’abri, et également protégé de la chaleur et de l’humidité : pas évident! Sans compter le poids…

      Oui ça serait cool de se croiser et de se faire une petite session musicale! D’ici là bonne continuation 😉

  8. Bonjour
    Je suis entrain de fair un documentaire sur les musicien qui jouent dans les rues a Paris. si il y a quelq’un qui s’intresse a interviewer , ca me faira plaisir de le renconter.
    Merci

      1. Bonjour
        Merci de votre repons! je serai a paris jusqu a 12 septembre. si jamais vous revenz jusque au ce date, n’hesitez pas m’appeler, ca me fairai plaisir de vous voir et ecouter et savoir votre experiences sur la musique de rues.
        Merci
        Mehran

      2. Salut 🙂
        Je suis tombé par hazard sur ta réponse en recherchant des infos concernant la musique et la suède ! Tu as essayé de jouer dans la rue la bas ?
        pour la petite présentation : je pars en ERASMUS et mon copain aurait aimé me suivre, il est espagnol et joue dans la rue en espagne et france mais on se demandait ce que donnaient les pays du nord !
        Merci d’avance ! 🙂

        1. Salut! Alors, pour répondre à ta question oui j’ai beaucoup joué en Suède (Malmö), et surtout en Norvège dans pas mal de villes différentes. Accueil très sympa des habitants, plein de spots où pouvoir jouer, pas de soucis avec la police et ça payait plutôt bien, donc ne t’en fais pas! Bon voyage à tous les deux, je vous souhaite le meilleur 🙂

  9. Bien interessant tout cela …. J’ai moi aussi pour projet de voyager avec ma voiture (en logeant grâce à couchsurfing) ma guitare et tout un attirail de pedales(looper)/ampli assez bien pensé sur un cadie ménager (je sais pas comment appeler ça … pas un vrai caddie de supermarché, plus petit le truc). Bref, j’ai un seul probléme dans tout cela, c’est que j’aurais largement aimé le faire avec quelqu’un. D’où ma question : « comment contacter des « buskers » en France ou ailleurs ? » sachant justement que je me fous de la destination, du moment qu’on joue (et si possible que ça rembourse les frais de voyage), et que je n’ai pas non plus de date arrêtée (cet été en gros). Comment faire ? Peut être que ici même quelqu’un sera attirée par la proposition ? Je suis bassiste chanteur au repertoire trés large, avec une grande expêrience (j’ai 50 piges et je joue depuis 14 ans), mais sans pour autant ne pas savoir me contenter des potentielles « faiblesses » des autres zicos. A suivre … ?

    1. Coucou! Super ton projet! Je te souhaite bonne chance et je croise les doigts pour toi 🙂 Pour répondre à ta question, c’est dans la rue, en jouant ou en me promenant que je rencontre d’autres buskers. Parfois l’alchimie musicale est là, et puis parfois ça ne colle pas du tout, mais c’est toujours sympa de tenter. Tu peux peut-être aussi faire une recherche à travers certains groupes facebook, j’imagine que d’autres musiciens sont dans ton cas et cherchent un partenaire. En tout cas, je te souhaite te trouver la perle rare, et dans le cas contraire je suis en Scandinavie tout l’été, si tu passes dans les parages… Bon vent à toi!

      1. J’ai enfin réussi à me jeter à l eau. Ça s’est pas très bien passé. A Nice vers la promenade des anglais. Les municipaux m’ont demande d arrêter car il y à un arrêté municipal interdisant « mendicité et musique » . J’avais eu la même chose à cannes il y à dix ans. Ils ont été cool mais ils sont quand même repassés voir si j avais pas repris. En discutent gentiment ils m’ont conseillé à demi mots d’aller carrément sur la prom des anglais. En me précisant cependant que c’était théoriquement interdit aussi. Je pense faire ça dans la semaine, en espérant que ils m’en ont pas dégoûté. Dur ce genre de manifestation en France. Le bon point c’est le bon contact avec cinq ou six personnes toutes étrangères… pour 7euros de recette !

          1. Euh, les 7 euros (seulement) ce n’était pas vraiment le point +. Ca ne m’a pas payé l’essence. Par hasard, tu n’aurais pas des tuyaux ou contacts … disons entre la côte d’Azur et Lyon ? Genre « va à Tarlatonton les oies grises, ils sont super ! » ou « A Avignon la Nîmoise, je connais une bande de zicos trop sympathiquement tarrés » … non ? On sait jamais.

  10. Salut Astrid, je ne sais pas si je te l’ai dit mais j’ai franchi le pas un peu grâce à toi Waw, ça rapporte que dalle ou presque au début (j’ai pas un super niveau) mais quelle expérience ! Bas les masques, maintenant les gens voient le vrai toi, avec toutes tes maladresses et tu rencontre l’humanité, la tienne et celle des gens, tu n’es pas un CV ou un diplôme tu es lâché dans ma foule, et moi qui n’aimais pas vraiment les gens j’ai vu que la foule anonyme est faite d’êtres humains. Je dirais pour ceux qui sont tentés mais à qui ça fait peur, c’est normal. Il faut y aller à son rythme et se dire que c’est pas grave si tu te plantes au début. Si tu es fait pour ca, si quelqu’un se moque de toi, dis-toi que le louseur c’est lui, pas toi, lui c’est un passant, toi tu accomplis ton destin.
    Pardon pour la longueur.

  11. Même sans voyager j’ai eu quelques belles surprises dans des
    MAGAZINS DE JOUETS :
    instruments qui tiennent la route niveau qualité, de petit format donc transportable, parfois à prix dérisoire ( Made in China ) ce qui peut être pratique en cas de confiscation ou de vol etc… Par contre je ne suis pas sûr que le magazin de jouet propose des housses de transport.
    Concrètement: Accordéon touches piano 1octave 1/2 + huit basses à moins de 60€. Pur son d’accordéon pour ce modèle.
    Petite Guitare à 45€ frettes bien réglées. assez sympa. Quand je me suis pointé ils n’avaient pas de ukulele mais je suis sûr que ça existe pour pas cher.

    Sinon en magazin de musique: comme instrument simplissime, pas cher et aux possibilités infinies: le
    TIN WHISTLE (Flute Irlandaise en français)
    ou Penny Whistle ( selon que vous soyez irlandais ou anglais!) pour une 10aine d’euros maxi. Un petit modèle tient même dans la poche. Tonalité standard D (ré). Les modèles graves dits Low whistles sont carréments plus chers selon les matériaux mais à 85€ à Coop Breizh à Paris 14e arr j’ai trouvé un modèle Susato en D (octave en dessous du Tin whistle). Le plaçage des doigts sur le Low est un peu spécial voire sur le net ou une méthode. Perso je conseille les modèles sans clefs.
    Pour faire le tour du Tin whistle je recommande plus que vivement la méthode « Jouez de la Flûte Irlandaise – collection Premiers Pas » qui fait le tour de la question et m’a autonomisé en un temps record là ou je trainais avec les autres depuis des années. Belle démo de Low Whistle sur la page d’accueil de http://www.kerrywhistles.com ou dans les morceaux d’Omnia « Fairy Tale » et « The Raven » quant au Tin Whistle vous vous rappelez tous de la musique de Titanic….
    Pardon d’avoir été aussi long mais le whistle est un mien grand amour avec de belles recontres en jouant ça et là, que du bonheur. J’aime aussi la harpe celtique mais ça tient difficilement dans un sac ou une poche…

    1. Merci pour tes infos! Haha on reconnaît là un passionnée du whistle, ça a l’air sympa! Quant à la harpe, c’est vrai que ça serait un peu gros à transporter, n’empêche ça serait vraiment cool de croiser un backpacker avec ce gros instrument sous le bras 🙂

      1. Dans certaines gares françaises tu as dû remarquer qu’ils mettaient des pianos à disposition, ils ont dans doute eu pitié des voyageurs pianistes ! ;D

  12. Quel beau morceau! J’adore l’accordéon!!

    Curieusement, je n’ai jamais emporté ma guitare en voyage, le goût n’y étais pas. Peut-être parce que c’était mon métier à l’époque (la musique)? Pourtant, à y repenser, j’étais parfois dans des bons spots 😛

    Ça donne le goût d’apprendre l’accordéon en tout cas 😉
    Bianca @ La Grande Déroute Article récent : Les mots du voyage: Barouder, baroudeurMy Profile

  13. Super article qui me donne des idées pour un prochain voyage !! Personnellement, quand l’artiste me plait, je n’hésite pas à aller discuter avec lui dès qu’il fait une pause. Niveau pancarte, j’ai déjà vu des « Pour m’acheter une vraie batterie » d’un batteur qui jouait sur des casseroles, et aussi des pancartes « Pour mon tour du monde ».

    Sinon, super ta vidéo 😉
    Capitaine Rémi Article récent : [DEFI] Traverser la foule du Sziget Festival sur mon bateauMy Profile

  14. J’ai encore passé un excellent moment à t’écouter, comme d’habitude ! Mais ce qui est nouveau, c’est ton envie de jouer du violon ! Alors douée comme tu es pour maîtriser un instrument, tu peux t’attaquer au violon sans problème et je te promets que tu vas prendre un énorme plaisir à jouer du trad irlandais qui est fait pour le violon.
    Bon courage et on voit rapidement le résultat.
    Bises

  15. Ca c’est vraiment mon rêve! chanter avec ma guitare ou jouer de la musique irlandaise au violon dans les rues…mais le courage et la confiance en soi me font encore défaut pour l’instant.
    Je garde ton article, qui sait si avec ces conseils je ne trouverai pas un jour l’occasion d’aller jouer pour les touristes dans ma petite ville (patrimoine de l’Unesco, ça amène énormément de monde)

    1. Coucou! C’est marrant de lire ton commentaire, car pour tout te dire, l’un de mes rêves est de jouer de la musique irlandaise et écossaise au violon! J’en joue un peu à l’accordéon, c’est assez difficile, mais j’adore ces jigs et valses si particulières… Tu habites où d’ailleurs? Moi non plus je n’osais pas jouer à l’époque, et ma première fois a été un vrai fiasco. J’ai eu beaucoup de chance ce jour-là; malgré les fausses notes dues au stress, plusieurs personnes sont venues me féliciter : une façon de m’encourager. Le stress a diminué depuis et je suis plus à l’aise. Mais je te comprends, c’est un vrai cap à passer! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.