La Via Francigena (ou chemin de Rome)

chemin de rome blog

Marcher seule, le long du chemin de Rome : voici un nouveau rêve qui est en train de prendre forme ! Je ne sais pas combien de jours me seront nécessaires pour parcourir les 2200km qui séparent Canterbury de Rome, mais je suis déjà certaine que cette aventure comptera parmi les plus belles de ma vie. Voici, sans plus attendre, quelques mots sur la Via Francigena et mon projet de voyage à pied, ainsi que sur l’historique et l’itinéraire du chemin de Rome…

Mon projet de marche sur la Via Francigena :

En six ans de vie nomade, j’ai eu le bonheur de marcher à trois reprises sur le chemin de Compostelle, sur une distance totale d’environ 3600km. Ressentant aujourd’hui le besoin de vivre une nouvelle aventure de ce type, tout en ayant envie de découvrir un univers différent, la Via Francigena s’est récemment imposée à moi, comme une évidence.

Je ne vous cache pas que mon amour pour l’Italie a également joué un rôle important dans le choix de me lancer sur cet itinéraire, qui m’intrigue de plus en plus : si tous les chemins mènent à Rome, il y en a un en particulier, dont j’ai en effet beaucoup entendu parlé…

C’est seule que je prévois de relier Canterbury en Angleterre, à la ville éternelle, suivant les pas de Sigéric, qui avait effectué ce même pèlerinage en 990 – dans des conditions j’imagine bien plus spartiates. Je suis habituée à marcher seule, mais j’espère cependant trouver en cours de route quelques compagnons de voyage avec qui partager de jolis souvenirs. Enfin, je préfère ne pas planifier mes étapes, afin de me laisser la possibilité de saisir chacune des opportunités qui se présenteront à moi !

faire le chemin de rome
Rares préparatifs avant de partir marcher sur le chemin de Rome !

Quel est l’itinéraire du chemin de Rome ?

La Via Francigena fait partie des trois grandes voies de pèlerinages chrétiens, comme le sont le chemin de Compostelle et celui de Jérusalem. Différents itinéraires permettent de gagner Rome, et c’est celui suivi par Sigéric (qui fait d’ailleurs figure de chemin principal), que j’ai décidé d’emprunter.

Ce dernier démarre à Canterbury dans le Kent, au Sud de l’Angleterre. Il relie ensuite la France, et notamment les villes d’Arras, Saint-Quentin, Reims, Châlons-en-Champagne, Bar-sur-Aube, Langres, Besançon et Pontarlier. Il traverse ensuite une partie de la Suisse, via Lausanne et le fameux col du Grand-Saint-Bernard, qui permet de franchir les Alpes. Enfin, c’est l’Italie que la Via Francigena serpente, d’Aoste à Rome en passant par Ivrée, Pavie, Fidenza, Sienne et Viterbe. Cet itinéraire est issu de la description qu’avait consignée Sigéric dans ses notes, lors de son voyage retour vers Canterbury, après s’être rendu à Rome. Pas moins de soixante-dix-neuf étapes avaient été nécessaires à l’archevêque afin de rentrer chez lui !

Mis à part ce tracé, il est possible de marcher sur le chemin de Rome depuis la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, en suivant le camino de Santiago mais à rebours, via l’Espagne puis la France. On peut également parcourir la Via Francigena dans le Sud de l’Italie, afin d’atteindre Monte Sant’Angelo, ou encore les ports d’embarquement vers Jérusalem. Plus largement, et étant donné que les pèlerins partaient à l’époque de chez eux, on peut dire qu’il s’agit plus d’un faisceau de voies convergeant vers Rome que d’un itinéraire unique, bien que celui de Sigéric soit généralement mis en avant.

Itinéraire de la Via Francigena | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
L’itinéraire de la Via Francigena (cliquez sur la carte pour l’agrandir)

L’histoire de la Via Francigena :

Marcher le long du chemin de Rome ne date pas d’hier : cette voie de pèlerinage est en effet au moins aussi ancienne que le chemin de Compostelle. On peut d’ailleurs traduire les mots Via Francigena par chemin des Français (ou des Francs), au même titre que le camino Francés en Espagne. Cette fois, ce n’est pas sur les reliques de Saint Jacques que viennent se recueillir les pèlerins, mais sur les tombes de Saint Pierre et de Saint Paul. Bien sûr, beaucoup espèrent également apercevoir le Pape.

Je l’écrivais plus haut, le tracé principal suit celui effectué par Sigéric. Cependant, il faut bien comprendre que les pèlerins, surtout à l’époque, empruntaient les voies leur étant accessibles depuis chez eux, soit les grands axes de l’Empire Romain, et les routes secondaires reliant les villages entre eux. Cet ensemble de chemins, véritable réseau dont les ramifications dépendaient évidemment des époques et de leurs contraintes (liées à la sécurité, ou à divers éléments naturels comme les zones marécageuses à traverser, la présence ou non de ponts permettant de franchir les rivières…) ainsi que d’un certain souci de rapidité, n’est pas sans rappeler la multitude de voies menant à Santiago de Compostela. La différence réside dans le fait que la Via Francigena fut longtemps un axe commercial important : les pèlerins n’étaient donc pas les seuls à fouler les pavés de cette voie.

Aujourd’hui, le chemin de Rome est reconnu comme faisant partie des grands itinéraires culturels européens (depuis 1994, et comme l’était depuis quelques années déjà le camino de Santiago). En France, son balisage vient enfin d’être terminé, sur la totalité du parcours : l’occasion parfaite pour me lancer à mon tour vers Rome, comme l’ont fait des milliers et des milliers de pèlerins avant moi !

Il n’y a pas de racines à nos pieds, ceux-ci sont faits pour se mouvoir.

David Le Breton

via Francigena Italie
L’un des nombreux panneaux indiquant la Via Francigena

Autres ressources sur le chemin de Rome :

Si vous préparez actuellement votre pèlerinage ou si vous souhaitez en savoir plus sur la Via Francigena, voici quelques informations supplémentaires qui vous seront sûrement utiles :

  • Le balisage : Contrairement au chemin de Compostelle, il n’existe pas de balisage homogène sur la Via Francigena. En France, il faut suivre la signalétique rouge et blanche du GR 145, sur 1000km environ, entre Calais et les Fourgs, tandis qu’en Suisse, c’est la route 70 qu’il ne faut pas quitter, sur plus de 200km. Enfin, en Italie, les 1000km restants sont balisés en rouge,  et sont généralement accompagnés de la figure d’un pèlerin de couleur jaune.
  • La crédentiale : Il s’agit du passeport du pèlerin, qui atteste du parcours que ce dernier a effectué. La crédentiale est à faire tamponner chaque jour (dans les gîtes, églises, mairies ou commerces), et permet d’obtenir de nombreuses réductions dans les bars ou restaurants jalonnant l’itinéraire de la Via Francigena, ainsi que de dormir dans les refuges dédiés, ou encore d’obtenir le testimonium à l’arrivée. Elle est à demander auprès du siège opérationnel de Champlitte ou directement sur le chemin (toutes les infos sont ici). Je l’ai pour ma part achetée à Turin, lors d’un précédent voyage.
  • Le testimonium : À l’instar de la Compostela que l’on reçoit lorsque l’on arrive à Santiago, le testimonium est le certificat attestant que l’on a bien effectué le pèlerinage de la Via Francigena. Tout pèlerin peut retirer ce document à Rome, à condition de présenter une crédentiale tamponnée tout au long du parcours. Ce dernier doit être d’une distance d’au moins 100km à pied, ou 200km à vélo.
  • Les topo-guides : Concernant le tronçon italien, un guide fait figure de référence, il s’agit de celui des éditions Terre di Mezzo, intitulé 1000km à pied du Grand-Saint-Bernard à Rome, il comporte toutes les informations utiles tout en se concentrant sur l’essentiel.
  • Quelques conseils : Retrouvez toutes mes astuces pour bien préparer une randonnée et savoir comment voyager léger.
  • Le site officiel : Enfin, si vous souhaitez en savoir plus, je vous encourage à vous rendre directement sur le site officiel Viefrancigene.org, qui fourmille d’informations pratiques, et qui comprend également tout le parcours détaillé ainsi que les différents tracés GPS !

J’espère que ces quelques mots sur le chemin de Rome vous auront permis de vous faire une idée plus précise sur ce qu’est ce pèlerinage, qui mène au cœur de l’Italie. Enfin, si vous ne connaissez pas encore mon blog voyage, je vous invite à vous plonger dans les six ans de vie passés à faire le tour du monde, ainsi que dans mes articles spécifiques à la randonnée et à l’outdoor


Retour sur mon expérience de pèlerinage sur le chemin de Rome (ou Via Francigena) : 2200km à pied de l'Angleterre à l'Italie, via la France et la Suisse... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Épinglez cet article sur Pinterest !
Retour sur mon expérience de pèlerinage sur le chemin de Rome (ou Via Francigena) : 2200km à pied de l'Angleterre à l'Italie, via la France et la Suisse... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Retour sur mon expérience de pèlerinage sur le chemin de Rome (ou Via Francigena) : 2200km à pied de l'Angleterre à l'Italie, via la France et la Suisse... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Retour sur mon expérience de pèlerinage sur le chemin de Rome (ou Via Francigena) : 2200km à pied de l'Angleterre à l'Italie, via la France et la Suisse... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif