Voyager zéro déchet : trucs et astuces

conseils pour voyager zéro déchet

Voyager tout en étant respectueux de l’environnement n’est pas une chose évidente. Pourtant, le simple fait d’aller en vacances ne devrait pas nuire à la planète, et ce d’autant plus lorsque l’on part s’émerveiller face aux beautés qu’offre la nature. S’il est toutefois compliqué d’être irréprochable sur ce point (et je suis moi-même loin de l’être), voici quelques pistes permettant de voyager zéro déchet, ou de s’en rapprocher, ce qui est bon pour l’environnement, tout comme pour le porte-monnaie…

Le transport :

Avant d’entrer dans le vif du sujet, sachez que la règle numéro un est, comme souvent, de prendre son temps. Voyager à toute allure ne ferait qu’engendrer de la pollution inutile, sans compter le stress que vous ressentiriez. À l’inverse, plus vous opterez pour la slow life et le slow travel, plus vous réduirez votre impact sur la nature et profiterez par la même occasion pleinement de vos congés. De la même manière, réduire le poids de vos valises en tentant de voyager d’une façon minimaliste ne vous sera que plus bénéfique.

Concernant les déplacements, bien entendu, il va de soi que prendre l’avion est à proscrire dans la mesure du possible, puisque aucun moyen de transport sur terre n’est plus polluant. Si toutefois vous voyagez par voie aérienne, voici quelques astuces :

  • Mangez le plateau repas qui vous sera fourni, car de toute manière il sera jeté à la fin du vol ;
  • Pensez à remplir votre gourde une fois les derniers contrôles passés (cela vous évitera d’acheter une bouteille d’eau) ;
  • Apportez un verre pour recevoir les boissons servies à bord ;
  • Utilisez votre propre paire d’écouteurs, ainsi que votre couverture personnelle (car ces objets sont nettoyés puis ré-emballés sous plastique) ;
  • De façon générale, pour parvenir à voyager zéro déchet, mieux vaut préparer un minimum son aventure.

Le mieux serait toutefois de privilégier des transports écologiques, comme la marche, le vélo ou pourquoi pas le voilier si vous en avez l’opportunité, on peut rêver, non ? L’auto-stop est également un excellent moyen de ne pas polluer, puisque l’on occupe alors une place vide dans un véhicule. Le covoiturage et les transports en commun (notamment le train) sont d’autres bonnes alternatives à considérer.

faire du stop en chine
Tour de la Chine en auto-stop / Crédits photo @Macadam Pixels

L’hébergement :

Je suis pour ma part une grande adepte du camping sauvage comme récemment en Islande, car il n’y a rien de plus agréable au monde que de se réveiller en pleine nature, avec pour seuls bruits ceux des oiseaux ou des clapotis d’un cours d’eau. Évidemment, il faut dans ce cas veiller à ne rien laisser derrière soi, à part comme dit le fameux adage l’empreinte de ses pas.

Opter pour un hébergement responsable est également un choix judicieux pour voyager zéro déchet, ce secteur du tourisme est en plein essor et vous n’aurez aucun mal à trouver différentes options (éco-hébergement, logement chez l’habitant…). Si vous séjournez dans un hôtel, vous pouvez demander à ce que vos draps et serviettes ne soient pas changés tous les jours (je ne sais pas pour vous, mais lorsque je suis chez moi ils ne se salissent pas en vingt-quatre heures). De même, utilisez vos propres produits d’hygiène, si possible respectueux de l’environnement (vous trouverez de nombreuses astuces de Do it yourself sur Internet). L’huile de coco aux multiples bienfaits, ainsi que le savon de Marseille, sont deux petits plus indispensables à ajouter dans votre trousse de toilette. Aussi, n’utilisez la climatisation qu’en cas de grosse chaleur, cette dernière étant très néfaste pour la planète.

Enfin, un petit mot sur le recyclage : certains hôtels sont équipés de différentes poubelles, d’autres non. Dans ce dernier cas, à vous de chercher dans le quartier où vous pouvez trier vos déchets ! Sachez que dans de nombreux pays, ferrailleurs et chiffonniers se chargent de revendre métaux et plastiques, c’est ainsi qu’ils gagnent leurs vies : laissez par conséquent vos objets à recycler bien en vue.

voyager zéro déchet
La vue depuis la yourte éco-responsable de mon amie Diane, à Kalamata, au Sud de la Grèce

La nourriture :

Selon le pays visité, il est plus ou moins simple de ne pas produire de déchet en achetant de la nourriture. Toutefois, quelques règles de conduite sont faciles à appliquer. Tout d’abord, choisissez votre lieu d’approvisionnement avec soin. On boycotte les grands supermarchés, et on fonce dans les marchés locaux afin de se procurer de bien meilleurs fruits et légumes. Il peut aussi être intéressant de se rendre dans les magasins biologiques, ou d’aller à la rencontre directe des artisans et producteurs du coin. Pensez dans tous les cas à apporter vos propres contenants. Quant à moi, j’ai un petit faible pour le glanage alimentaire ainsi que le table diving, mais je reconnais qu’il n’est pas donné à tout le monde de sauter le pas.

Aussi, cuisiner soi-même évite la production de nombreux déchets, tout comme le fait d’acheter au coup par coup et en vrac (jetez un œil à l’application Bulk pour trouver des adresses adéquates), ce afin de ne pas gaspiller de nourriture. En ce qui concerne le compost, si aucun lieu dédié n’est accessible, vous pouvez enterrer les déchets organiques en pleine nature, voire au pied d’une plante en pot si vous êtes en ville. Si vous déjeunez au restaurant et que vous commandez trop à manger, emportez avec vous les restes de votre repas dans un petit mouchoir en tissu. Pensez aussi à refuser les pailles, ainsi que le ketchup ou la mayonnaise en sachet. Par ailleurs, pour celles et ceux que ça intéresse, j’ai récemment rédigé un article complémentaire à celui-ci : voyager végétarien. N’hésitez pas à y jeter un œil.

En ce qui concerne l’eau, il est déconseillé de boire celle du robinet dans certains lieux. Si c’est le cas, la faire bouillir suffira à tuer les bactéries. Buvez ensuite un bon thé chaud, ou attendez qu’elle refroidisse. D’autres vous recommanderont d’utiliser une paille filtrante de type Lifestraw, à vous de juger, mais dans tous les cas, si vous souhaitez tout mettre en œuvre pour voyager zéro déchet, la consommation accrue de bouteilles en plastique est à bannir.

voyager zéro déchet glanage
Jolie récolte lors d’une session dumpster-diving à Bodø, au Nord de la Norvège

Le matériel et le recyclage :

Pour terminer ces quelques conseils, un peu de matériel vous sera utile. Je viens de m’équiper pour mon voyage à pied sur le chemin de Compostelle, dans une optique zéro déchet, et voici quelques objets qui m’ont parus importants. En premier lieu, n’oubliez pas votre gourde, qu’elle soit filtrante ou non. De même, apportez avec vous une tasse en inox (pour les boissons chaudes), vous ne le regretterez pas. Quelques couverts de voyage ne seront pas de trop afin d’éviter ceux en plastique, qui sont jetables. Aussi, pensez à prendre un ou deux contenants hermétiques en verre, et plusieurs sacs en tissu réutilisables (que vous pouvez fabriquer vous-même). Concernant l’hygiène, ajoutez dans votre sac à dos une serviette de toilette et les filles, pensez à la coupe menstruelle.

Ne négligez pas non plus l’impact de la surconsommation de papier. Inutile de posséder de multiples cartes des villes que vous souhaitez visiter, ou de nombreux guides de voyage. Il est facile à notre époque de télécharger un GPS gratuit et hors ligne (à pied, j’utilise pour ma part Maps Me, tandis qu’en voiture je préfère Here Maps), ainsi que des livres dématérialisés (à visionner sur une Kindle ou tablette). Faites la même chose pour vos billets d’avion, boarding pass et réservations diverses : des billets électroniques fonctionneront tout aussi bien et permettront de réduire votre utilisation de papier.

De même, refusez systématiquement tout prospectus, échantillons (comme les savonnettes dans les hôtels), tickets de caisse, sacs en plastique et objets promotionnels (bracelets en plastique gratuits…) : la hantise du voyage zéro déchet.

Autres ressources pour voyager zéro déchet :

Vous trouverez sur le net de nombreux sites vous offrant des conseils pour voyager zéro déchet. J’ai toutefois eu un coup de cœur pour les trois sources suivantes, de beaux exemples de réussite en la matière :

  • Un exemple à suivre : Je vous recommande tout d’abord de jeter un œil au blog bien rempli de la famille zéro déchet, du numérique au baume à lèvre en passant par le goûter des enfants, c’est une multitude de petites pépites que vous trouverez sur leur site. Bénédicte Moret et Jérémie Pichon ont d’ailleurs publié Ze Guide, un ouvrage récapitulatif de tous les conseils qu’il est facile d’appliquer.
  • Côté cuisine : Parce que se nourrir constitue malheureusement une source importante de déchets, l’équipe de Toits alternatifs nous a concocté un article pratique de 10 étapes pour réduire les déchets en cuisine.
  • À lire : L’excellent livre Zéro déchet de Béa Johnson, une française expatriée aux USA, qui a mis en place une centaine d’astuces pour éliminer ses déchets, tout en réalisant 40 % d’économies.

Si vous décidez de vous mettre à voyager zéro déchet, vous vous apercevrez vite que la démarche n’est pas toujours facile à expliquer aux habitants que vous rencontrerez sur votre route. Dans certaines destinations, le sol est souvent jonché de détritus et la protection de l’environnement est loin d’être entrée dans les mœurs. Cela peut (et doit) choquer, mais il faut être réaliste : les priorités locales diffèrent de nos exigences occidentales, c’est à comprendre et à intégrer. À vous d’adopter un discours ouvert et explicite à la fois, bien qu’il ne soit jamais évident de trouver les mots justes !

Le monde stupéfié s’affaisse lâchement et fait la sieste, une sieste qui est une espèce de mort savoureuse où le dormeur, à demi éveillé, goûte les voluptés de son anéantissement.

Charles Baudelaire, Le spleen de Paris

voyager en stop au laos
Voyage en stop au Laos : on ne se comprend pas, ce qui ne nous empêche pas de fraterniser / Crédits photo @Macadam Pixels

Pour conclure, sachez qu’il existe des crédits carbones pour voyageurs, si vous ne parvenez pas à atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés. Dans la mesure du possible, ne mettez pas la barre trop haut dès la première fois, il serait dommage de vous décourager en route ! Faites de votre mieux, cela sera déjà un excellent début.

Et pour aller plus loin, je vous invite à retrouver tous mes autres conseils aux voyageurs, ainsi que la philosophie de ma vie nomade et l’intégralité des articles publiés durant mon tour du monde. Enfin, si vous avez des conseils supplémentaires à partager avec nous pour voyager zéro déchet, je suis preneuse…


voyager zéro déchet
Épinglez cet article sur Pinterest !

2 thoughts on “Voyager zéro déchet : trucs et astuces”

  1. Super article, merci pour tes conseils et les liens annexes je vais aller y faire un tour =) je suis actuellement en tour de monde et pas tjr facile en effet de faire attention a nos dechets… Mais je continue a mettre ma pierre a l’edifice, ma bouteille d’eau m’accompagne depuis 7 mois et a vu 5 pays differents ^^ bonne continuation jusqu’a Compostelle =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge