Le Nord de la Thaïlande en stop : Ayutthaya, Chiang Mai & Chiang Rai

l'auto-stoppeur en Thaïlande

Notre périple en Asie du Sud-Est se poursuit lentement, et nous voilà de retour au pays du sourire. L’auto-stop en Thaïlande fonctionne toujours aussi bien, de quoi me réconcilier définitivement avec ce pays que j’avais eu tendance à bouder (à lire : la première partie de notre voyage alternatif en Thaïlande). Cette fois, c’est dans la moitié Nord du royaume que nous jouons du pouce, après avoir entre temps usé nos tongs sur les routes birmanes.

Voici donc le second récit de notre aventure aux couleurs thaïlandaises, d’Ayutthaya à Chiang Rai en passant par Chiang Mai et Tak…

Ayutthaya, la ville aux 1500 temples :

C’est dans cette ancienne capitale que le second volet de notre voyage en auto-stop en Thaïlande débute. Connue pour ses temples (wats), Ayutthaya (ou Phra Nakhon Si Ayutthaya) est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991. Il faut dire, la ville sort de l’ordinaire : érigée en 1350 par le roi Ramathibodi 1er, Ayutthaya comptait lors de son apogée plus de 1500 temples ! Aujourd’hui, beaucoup sont en ruines. En effet, l’armée birmane est passée par là, pillant les édifices et décapitant les statues de Bouddha. Par la suite, le gouvernement thaïlandais a été déplacé 80km plus au Sud, fondant ainsi la capitale actuelle : Bangkok.

visiter Ayutthaya en Thaïlande
L’un des nombreux temples d’Ayutthaya

J’ai pris un plaisir tout particulier à visiter Ayutthaya, chaque coin de rue regorgeant de temples à explorer. Le temps d’une journée, nous avons loué des vélos (40 bahts chacun soit près d’un euro), ce qui s’est révélé être une excellente idée : la ville est effectivement très vaste. Longeant les canaux reliant la Chao Phraya et la Pa Sak sur nos bicyclettes grinçantes, nous n’avons pas vu les heures défiler. Outre les temples et le spectacle offert par les vieilles pierres de couleur brune, j’ai eu un véritable coup de cœur pour le gigantesque Bouddha couché, auprès duquel nous avons contemplé le soleil décliner.

En ce qui concerne l’hébergement, nous avons séjourné deux nuits dans un dortoir de la maison d’hôtes Brickhouse, bien située et parfaitement tenue.

visiter ayutthaya au Nord de la Thaïlande
L’immense Bouddha couché d’Ayutthaya

De Tak à Tak :

Notre route nous mène ensuite à Tak, dernière grosse étape avant de franchir la frontière birmane, où nous prévoyons de rester trois semaines. La charmante ville de Tak n’a pas grand attrait touristique (contrairement au reste de la région, où se trouvent de nombreux parcs nationaux). Pourtant, nous y passons de superbes moments. Les rives aménagées bordant la Ping sont en effet parfaites pour bivouaquer au frais, après s’être baignés dans les eaux du fleuve. Point le plus important : nous avons dégusté à Tak le meilleur pad thaï de tout le royaume, c’est dire !

Après cette courte escale, nous nous rendons à Mae Sot, poste frontalier. S’en suit notre extraordinaire voyage au Myanmar durant une vingtaine de jours, avant de franchir de nouveau la frontière, dans le sens inverse.

À notre retour, nous installons notre campement exactement au même endroit : un abri qui dispose de poteaux où accrocher nos hamacs. Bon, pour être honnête, l’emplacement est surtout situé à une trentaine de mètre de notre chère cordon-bleu, qui nous adresse de grandes salutations en nous voyant revenir dans sa cantine, affamés et souriants. Nous prenons également le temps de nous promener dans le petit marché qui propose, une fois la nuit tombée, une multitude de stands où se restaurer.

pad thaï nourriture thaïlandaise
Je le redis : il s’agit là du meilleur pad thaï de Thaïlande !

Éloignés de l’afflux touristique que l’on retrouve dans de nombreuses villes thaïlandaises, nous profitons donc pleinement du calme (et du charme) que nous trouvons à Tak. C’est d’ailleurs la raison première de notre choix de voyager en auto-stop en Thaïlande : traverser des régions reculées, tout en vivant des moments privilégiés avec les habitants.

Mais il arriva que le petit prince, ayant longtemps marché à travers les sables, les rocs et les neiges, découvrit enfin une route. Et les routes vont toutes chez les hommes.

Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince

Break à Chiang Mai :

Je me faisais une joie de visiter Chiang Mai et ses alentours, ce fut pour ma part une petite déception. Trois jours avant notre arrivée sur place, nous fêtions le Thingyan au Myanmar, au bord du lac Inle (festival de l’eau). Trempée jusqu’aux os durant cinq jours, je suis évidemment tombée malade. C’est donc grippée durant une bonne semaine que j’ai compté les heures défiler à Chiang Mai. Les garçons en ont quant à eux profité pour s’évader trois jours, et sont partis trekker en autonomie dans les environs. S’ils sont revenus ravis, j’ai toutefois survécu à leur absence sans trop de difficulté : j’ai eu la chance de rencontrer entre temps une joyeuse bande de voyageurs franco-belges, avec qui j’ai très vite lié amitié. Ils se reconnaîtront et je les embrasse tous !

C’est par conséquent cette ambiance conviviale de colonie de vacances que je retiendrai de Chiang Mai, et finalement mon séjour aurait pu être bien pire. Nos virées au bazar nocturne, au food market, au consulat chinois (nous avons obtenu nos visas sans problème) et chez le tatoueur Sud-Coréen (José s’est fait un joli tatouage symbolisant le voyage) auront suffi à me faire oublier ma toux coriace et mes maux de tête lancinants. Finalement remise de cette mauvaise grippe, nous avons même profité de notre dernier jour sur place pour faire une petite session URBEX dans une ancienne arcade de roller, plutôt insolite (galerie à venir prochainement).

visiter chiang mai thaïlande
Souvenir de la dernière soirée avec notre fine équipe ! / Crédits @Macadam Pixels

Chiang Rai, la perle de Thaïlande :

Dernière étape de notre périple en auto-stop en Thaïlande : Chiang Rai. Évidemment, nous ne manquons pas de nous rendre au célèbre Wat Rong Khun (temple blanc), situé 13km au Sud de la ville. Nous tombons à pic : le soleil se couche et nous sommes presque seuls. Il faut dire, le site vient de fermer ses portes, pas étonnant que le temple se soit vidé (comptez 50 bahts pour le ticket d’entrée). Connu pour être le plus beau temple du pays, nous imaginions une architecture grandiose : nous ne sommes pas déçus et le détour en valait véritablement la peine.

visiter chiang rai en thaïlande
Le fameux temple blanc, ou Wat Rong Khun, à Chiang Rai

Nous ne comptons pas nous attarder trop longtemps à Chiang Rai, étant impatients de découvrir le Laos. Nous passons donc notre unique soirée dans cette petite ville à écouter les quelques artistes locaux, mettant le feu sur la scène du night market.

Nous en profitons pour déguster notre premier hot pot (fondue thaïlandaise à base de bouillon), nos papilles sont ravies. Le lendemain matin, nous remettons de l’ordre dans nos sacs à dos et reprenons la route plein Nord, en direction de la frontière laotienne, que nous franchirons quelques heures plus tard à Chiang Khong. Affaire à suivre…

visiter Chiang Rai en Thaïlande
Dans l’enceinte du Wat Rong Khun, de drôles de personnages accueillent le visiteur…

Faire de l’auto-stop en Thaïlande :

Lever le pouce au pays du sourire n’est pas une pratique commune, bien que certains irréductibles tentent régulièrement l’aventure. Les Thaïlandais sont un peu plus habitués à cette démarche que dans le reste de l’Asie du Sud-Est. Toutefois, et comme souvent lorsque l’on tente de sortir des sentiers battus, les incompréhensions font partie du jeu. Vous trouverez ci-dessous quelques astuces, si jamais vous souhaitez également tenter l’aventure…

Conseils pour faire de l'auto-stop en Thaïlande :

Voici les recommandations auxquelles j’ai pensé, n’hésitez pas à compléter la liste dans les commentaires si vous remarquez que j’ai omis certaines d’entre elles.

  • Les panneaux : il n’y a jamais de règle d’or concernant le fait de brandir ou non un panneau indiquant la destination souhaitée. Je commence pourtant cette petite liste de conseils en écrivant ceci : les panneaux sont d’une efficacité redoutable pour faire de l’auto-stop en Thaïlande. Bien sûr, n’indiquez pas une ville se trouvant à 500km… Choisissez plutôt des étapes intermédiaires, situées à une centaine de kilomètres de là où vous vous trouvez. Il va de soi qu’utiliser l’alphabet thaïlandais est à privilégier (vous pouvez traduire à l’avance le nom des villes sur Internet).
  • Le climat : évidemment, il fait très (très) chaud en Thaïlande. Bien que de nombreux conducteurs nous aient gentiment offert quelques bouteilles d’eau fraîche, n’oubliez pas d’apporter avec vous de quoi boire en quantité suffisante. De plus, la plupart des véhicules sont des pickups. Vous serez probablement assis à l’arrière, en plein soleil. Prenez avec vous des vêtements censés vous protéger des rayons UV, voire de la crème solaire (sinon faites comme Marc, transformez votre parapluie en ombrelle : encore fallait-il y penser). Autant que possible, levez le pouce à l’ombre et n’attendez pas les heures les plus chaudes pour démarrer votre trajet – en d’autres termes, faites ce que je dis et non ce que je fais.
  • La communication : si quelques Thaïlandais parlent anglais, beaucoup ne connaissent pas la langue de Shakespeare. Lister le vocabulaire de base (politesse et directions) peut être une bonne idée. Dans le cas contraire, vous risquez fort de vous faire déposer au premier arrêt de bus.
  • L’itinéraire : bien sûr, si vous souhaitez atteindre un point géographique précis, il est important de connaître au préalable les détails de votre parcours. Ensuite, indiquez au conducteur l’emplacement où vous désirez quitter le véhicule (si vous êtes à l’arrière d’un pickup, tapez sur l’habitacle). Les routes étant en très bon état et les voitures puissantes, il est parfaitement possible d’avaler plusieurs centaines de kilomètres en une journée, tout dépend de vous !
  • Conseils divers : je vous invite à retrouver mon dossier complet sur l’auto-stop afin d’en savoir plus, notamment mon guide pour faire du stop.
  • L’auto-stop en Thaïlande, ce n’est pas fait pour vous ? Pour celles et ceux qui préfèreraient voyager dans des conditions plus confortables, sachez qu’il existe de nombreux séjours organisés et offres d’hébergement en Thaïlande, attractifs et pour tous les goûts.

Depuis la rédaction de cet article, nous avons poursuivi notre route un peu plus loin. Ayant dernièrement traversé le Laos en auto-stop, nous continuons sur notre lancée et approchons à grands pas de notre objectif : emprunter la route de la Soie…

conseils pour faire de l'auto-stop en Thaïlande
Lorsque le soleil tape trop, mieux vaut sortir le parapluie !

Il est temps pour moi d’aller découvrir le Mékong au Laos, je ne manquerai pas d’évoquer cette jolie escapade dans mon prochain récit de voyage ! En attendant, n’hésitez pas à retrouver l’intégralité des écrits relatant mon tour mon monde.

Enfin, si jamais nos routes se croisaient, je vous invite à me contacter afin de partager ensemble un verre de l’amitié !

6 thoughts on “Le Nord de la Thaïlande en stop : Ayutthaya, Chiang Mai & Chiang Rai”

  1. Notre demande de congé sabbatique a été officiellement validée !
    Nous rêvons déjà (entre autres!) de la Thaïlande, que nous comptons approfondir, voir notamment Chiang Rai et rester un peu à Chiang Mai (dommage que tu ais été malade 🙁 ). J’avais aimé Ayutthaya mais avais bien souffert de la chaleur !
    Je ne sais pas encore comment l’on se déplacera mais si les gens sont sympas, pourquoi pas tenter l’auto stop, ça a un côté très humain !

    1. Salut Aurore, super pour votre congé, je vous souhaite de vivre une magnifique aventure ! Oui effectivement, nous avons également eu super chaud à Ayutthaya (le prix à payer pour se délecter de tous ces magnifiques temples !). Je te souhaite de belles rencontres si tu tentes le stop, et dans tous les cas un beau voyage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge