URBEX en Chine – La champignonnière de béton

urbex chine

Depuis quelques semaines, je traverse la Chine en auto-stop en empruntant la Route de la Soie. L’une de mes premières surprises fut de découvrir une multitude de lieux abandonnés et souvent démesurés, un peu partout à travers pays, notamment dans le Guangxi. L’occasion pour moi de faire quelques sessions URBEX en Chine, improvisées ou non. Voici l’exemple de l’un de ces complexes qu’il est fréquent d’apercevoir : du béton à n’en plus finir, et pas une âme qui vive…

La Chine possède une singularité : les résidences sont souvent construites en prévision d’un futur afflux de population vers les villes, exode rural hypothétique souvent inachevé. En attendant qu’elles soient enfin habitées, ces dernières demeurent vides, et se dégradent. Sans commerces, peu de personnes décident d’y emménager ; sans clients, peu de boutiques ouvrent leurs portes. Si le pari est malgré tout parfois gagné (certaines cités finissent effectivement par se remplir, souvent après une ou deux décennies), on ne compte plus les villes fantômes ou les quartiers déserts qui décorent lugubrement les banlieues des grandes agglomérations.

Les détruire engendrerait un coût supplémentaire qu’il ne serait pas rentable d’envisager. Ainsi, ces immeubles flambants neufs sont laissés à l’abandon et livrés à la merci des squatteurs, seuls véritables bénéficiaires de ces logements inopinés – ainsi que les quelques adeptes d’URBEX en Chine ! Aujourd’hui totalement dégradés, ils ne sont plus habitables sans effectuer de lourds travaux supplémentaires.

Le complexe cité en exemple ci-dessous comprend des appartements locatifs jamais habités, un hôtel quasi-neuf et quelques officines accolées (dont un bureau de police). L’ironie de la situation ? Le jour de ma visite des lieux, j’arrivais sur place en auto-stop et ne pensais pas m’arrêter faire cette petite session URBEX en cours de route. Pourtant, en apercevant ce drôle d’agaric, impossible de passer mon chemin sans l’explorer de plus près. Surprise : un nouveau quartier était alors en cours de construction juste derrière cette résidence ! Si le décor illustrait parfaitement le fait que les immeubles semblent pousser en Chine comme des champignons, on peut toutefois s’interroger sur la logique et l’efficacité du plan d’urbanisme…

Comme dans beaucoup d’endroits, faire de l’URBEX en Chine est illégal et peut poser des problèmes avec les autorités locales. Si vous vous rendez prochainement dans ce pays, je vous encourage à vous renseigner sur les risques auxquels vous vous exposez si vous pratiquez cette activité.

Avertissement :

Visiter ce complexe présente un danger potentiel. Afin de préserver sa protection face aux dégradations, je ne communiquerai aucune adresse, merci donc de ne pas me contacter afin de savoir où ce trouve ce lieu (même si vous souhaitez vous aussi faire de l’URBEX en Chine). Pour plus d’informations sur le sujet je vous incite à lire mon article l’URBEX c’est quoi ?

Je n’encourage personne à se rendre sur place, et je dégage par la même occasion toute responsabilité en cas d’incident.

Pour aller plus loin , vous pouvez jeter un œil à l’intégralité de mes sessions URBEX, découvrir ma sélection de livres sur l’exploration urbaine, visiter un autre gigantesque hôtel abandonné en Croatie, ou retrouver mes plus belles photos de la Route de la Soie en Chine


urbex en chine
Épinglez cet article sur Pinterest !

4 thoughts on “URBEX en Chine – La champignonnière de béton”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.