Devenir digital nomade en van aménagé : conseils pour débuter

travailler en van

Pas facile de devenir nomade digital lorsque l’on a jamais vécu l’expérience de travailler en voyageant. Afin que ce projet soit viable, cela nécessite en effet beaucoup de rigueur, d’organisation, et une pointe de folie… J’ai acheté mon van aménagé en 2015 et depuis, je vis à mi-temps à l’intérieur de mon camion. Le reste de l’année, je marche le long des sentiers ou je lève le pouce le long des routes. Au total, j’ai donc passé environ deux ans dans mon T4, et j’ai noté pour vous quelques conseils pratiques, qui je l’espère vous aideront à devenir nomade si comme moi vous avez décidé de tout quitter pour changer de vie, de travailler en van et de voyager toute l’année…

Être nomade digital, c’est quoi ?

Avant de vous donner mes conseils pour devenir nomade digital, laissez-moi vous expliquer en quelques mots en quoi cela consiste réellement. L’idée est simple : il s’agit de travailler tout en voyageant, en n’ayant besoin que d’un ordinateur portable et d’une connexion wifi. Les néo-nomades dont je fais partie peuvent exercer leur métier en tant que freelance, ou être salariés si leur entreprise accepte le travail à distance – ce qui se fait d’ailleurs de plus en plus. C’est assez ironique car beaucoup de personnes pensent que lorsque l’on habite dans un van, on vit forcément au crochet de la société. Je n’ai jamais touché d’ASSEDIC ni de RSA, et nous sommes des milliers dans mon cas : oui, il est possible de vivre en fourgon et travailler, n’en déplaise à certains !

Ainsi, les professions sont diverses, mais on retrouve généralement les traducteurs, les développeurs et graphistes, les rédacteurs web, les blogueurs, les photographes, et toute une gamme d’entrepreneurs qui peuvent travailler dans des domaines très différents (marketing, coaching…). Beaucoup cumulent aussi plusieurs activités pour parvenir à obtenir un salaire décent, ce qui est d’ailleurs mon cas.

Être digital nomade, c’est avant tout savoir faire preuve de créativité : il faut souvent inventer soi-même un nouvel emploi, tester différents modèles avant d’en trouver un qui nous convienne, et accepter de ne pas forcément avoir un salaire mensuel régulier. Il faut donc avoir le goût de l’aventure, le sens de la débrouillardise, aimer gérer les imprévus et avoir envie de vivre autrement. Si tel est votre cas et que vous aimez voyager, ce métier vous est sûrement destiné et travailler en van peut vraiment être fait pour vous !

comment vivre en van toute l'année
Vivre et travailler en van toute l’année, c’est possible !

Gérer le côté administratif :

Partir vivre sur la route c’est bien, mais ne pas se retrouver totalement coupé du monde et de la société c’est mieux ! Il n’est pas toujours simple d’allier voyage au long cours et organisation administrative, car sans logement fixe tout devient compliqué. J’ai quitté mon dernier appartement en France en 2013 et j’ai donc dû apprendre à fonctionner différemment. J’ai tout de même une grande chance : ma famille accepte que je reçoive mon courrier à son adresse. Si vous pouvez bénéficier de ce même coup de pouce, n’hésitez pas, cela vous simplifiera grandement les choses. Sinon, il existe la possibilité d’être domicilié de façon administrative par différents organismes, par exemple le centre social où je travaillais à l’époque acceptait d’être la boîte aux lettres de toutes celles et ceux ayant besoin d’une adresse postale. Renseignez-vous auprès de votre mairie.

Une autre idée pourrait être de conserver votre propre adresse, mais de louer votre domicile durant votre absence, en utilisant par exemple les services d’une conciergerie qui s’occuperait à votre place de la gestion de location de courte durée de votre logement. En plus de pouvoir garder votre adresse, cela vous permettrait d’engranger un revenu mensuel non négligeable, surtout si vous débutez une nouvelle activité. En effet, lorsque l’on commence à travailler en van, on doit souvent faire face à beaucoup de dépenses imprévues (mécanique défectueuse ou équipement manquant) pour peu de recettes. Quelle que soit la solution que vous choisirez, je vous conseille de conserver une adresse quelque part en France, sans quoi vous risquez d’être confronté à de nombreuses difficultés.

Autre point important, comment déclarer les revenus de votre activité lorsque vous voyagez ? Pour ma part, j’ai opté pour la solution la plus simple et la plus logique : créer mon auto-entreprise et m’installer en tant que freelance. Les démarches sont rapides et on trouve aujourd’hui sans problème toutes les ressources explicatives sur Internet. Par la même occasion, vous obtiendrez ainsi un numéro de SIRET, ce qui vous facilitera les choses pour vous installer à votre compte et signer des contrats de façon officielle. Pour ma part, en moins de 30 minutes, mon entreprise était lancée. Depuis, je suis riche et je passe mon temps à siroter des mojitos sous les cocotiers – ou presque.

travailler en camion aménagé
En Savoie, je travaille dans mon camion aménagé en attendant que l’orage passe

Pourquoi le choix du van aménagé ?

Maintenant que vous avez décidé de devenir nomade digital, et que vous avez réfléchi à la gestion de vos affaires administratives, il vous reste à choisir de quelle manière vous souhaitez vivre votre nomadisme. Voulez-vous vous installer dans un lieu fixe quelques semaines, à l’hôtel ou en louant un studio, avant d’aller ailleurs ? Préférez-vous vivre en fourgon et travailler, en ayant chaque jour le confort et l’intimité dont vous avez besoin ? C’est une question importante à laquelle je vous conseille de prendre le temps de réfléchir, avant de vous lancer.

Quand je suis partie faire le tour du monde en 2013, je n’avais que mon sac à dos. Pourtant, deux ans plus tard, j’ai commencé à ressentir le besoin d’avoir un endroit à moi, où je pourrais être totalement indépendante : c’est pour cette raison que j’ai décidé d’acheter un camion. Depuis, je ne regrette pas mon investissement, et même si je continue de temps à autres à voyager en mode backpacker, je suis bien heureuse de retrouver mon T4 entre deux aventures à pied.

Travailler en van aménagé est à mon avis particulièrement adapté pour le métier de digital nomade, car on dispose de tout ce dont on a besoin (un coin de bureau, de quoi brancher son PC…) tout est étant extrêmement mobile. Pour ma part, j’aime me garer face à la mer ou en montagne et écrire, tout en perdant mon regard dans la nature : rien n’est plus inspirant pour faire naître de jolis textes !

devenir digital nomade
Réveil face au lac d’Iseo en Italie, ou les petits bonheurs de la vie de digital nomade

Vivre en van, l’hygiène :

Il y a quelques détails qui risquent de vous surprendre si vous voyagez en van aménagé pour la première fois, notamment tout ce qui concerne l’hygiène et l’eau en général. La plupart des vanlifers que je connais possèdent des jerricans où ils stockent l’eau, en plus ou moins grande quantité. Personnellement, je n’ai qu’une réserve de 20L que je remplis environ tous les quatre ou cinq jours (je fais très attention à ma consommation d’eau et au gaspillage). Si vous vivez à deux, pensez à avoir une capacité de stockage un peu plus importante. Je trouve l’eau le plus souvent dans les cimetières, un endroit où je suis certaine de ne pas déranger les voisins… Sinon, il est possible de remplir les bidons dans les stations services, les fontaines des villages, les campings…

Pour me laver, je fais simple : un gant de toilette et une bassine me suffisent amplement. J’ai aussi une bouteille de gaz, ce qui me permet de réchauffer de l’eau s’il fait vraiment trop froid (et accessoirement de cuisiner mes repas chauds). Si vous aimez avoir un peu plus de confort, lorsque vous préparez votre road trip, vous pouvez investir dans une douche solaire, ce qui sera sûrement beaucoup plus agréable.

Enfin, pour faire ma lessive, je lave le plus souvent mes vêtements à la main soit dans des sanitaires publiques, soit dans les vieux lavoirs en utilisant bien sûr toujours du savon et des produits d’hygiène écologiques, car l’eau retourne ensuite dans la nature. Pour les draps, ou pour ce qui est plus imposant (manteau…), j’attends de dormir dans un lieu où je pourrai utiliser une machine à laver (dans ma famille ou chez des amis).

vivre en fourgon et travailler
Un van Toyota un peu mieux aménagé que mon T4

Travailler en van, l’électricité & Internet :

Dernier point important si vous souhaitez devenir digital nomade et travailler en van : il vous faudra avoir toujours Internet et de l’électricité, pour pouvoir recharger vos batteries. Si votre forfait mobile comprend une connexion Internet illimitée, cela devrait vous suffire (attention toutefois, lorsque l’on est à l’étranger, les forfaits sont souvent réduits, je n’ai par exemple que 25Go en Europe ce qui semble beaucoup, mais lorsque l’on travaille en ligne cela s’épuise vite). Il existe une solution pour vous simplifier la vie : prendre un abonnement wifi nomade. Certes, c’est un peu coûteux, mais investir un peu d’argent pour son propre job est toujours rentable : sans Internet pas de contrat et sans contrat, pas de revenus !

Concernant l’électricité, la plupart des vanlifers ayant fait le choix de vivre en fourgon pour travailler ont installé dans leur véhicule un système ingénieux reliant une seconde batterie à leurs différentes prises de courant, cette dernière se recharge en conduisant. Je ne suis vraiment pas bricoleuse et ces choses-là me dépassent un peu… Alors j’ai opté pour une solution très basique, mais extrêmement simple : j’utilise un convertisseur de courant que je branche directement dans l’allume-cigare et qui me permet de recharger mes différents appareils électroniques lorsque je conduis (PC et appareil photo), je trouve cet outil vraiment indispensable à la vie en van. J’ai également un chargeur portable solaire de grande capacité qui me sert pour charger tous les appareils ayant une prise USB (comme mon smartphone et ma liseuse).

Si cela ne me suffit pas (cela m’arrive parfois car j’ai tout de même pas mal de matériel électronique de voyage à recharger), je me rends dans un café et je demande si je peux brancher mes appareils le temps de prendre un thé, cela n’a jamais posé souci. Enfin, pour l’éclairage nocturne, j’utilise une lampe solaire qui se recharge d’elle-même durant la journée. S’il pleut pendant plusieurs jours, soit j’utilise ma lampe frontale, soit j’allume une bougie le soir venu et pour tout vous dire, j’aime bien ce petit côté rétro de temps en temps.

Avant de conclure cet article, laissez-moi vous dire que si vous décidez de devenir nomade digital, vous risquez de ne plus pouvoir vous passer de ce mode de vie : gérer ses horaires, être libre de ses mouvements et bénéficier d’une telle autonomie, ça n’a pas de prix ! Cette nouvelle façon de travailler tout en voyageant, si intense et si addictive, est une expérience que nous avons beaucoup de chance de pouvoir vivre, alors à vos claviers ! ! !

Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre. Il me semble que je serais toujours bien là ou je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme.

Charles Baudelaire, Le spleen de Paris

Vivre en fourgon et travailler :

Si vous souhaitez à votre tour devenir digital nomade et vivre en van, voici quelques conseils qui devraient compléter ce dossier et vous intéresser :

  • Le budget de la vie en van : Le coût d’un voyage en van est une question qui revient souvent, mais avant de vous donner un chiffre, laissez-moi vous dire que tout dépend de votre rythme, de votre véhicule et de vos habitudes. Par exemple, quand je me déplace peu et comme je fais toujours attention à mes dépenses, il peut arriver qu’un mois de van life ne me coûte que 200 ou 300€, tout compris. C’est bien évidemment très peu, comparé à un loyer classique. Attention toutefois, le budget peut vite grimper avec les réparations (c’est pour cela qu’il faut choisir son van aménagé avec soin), l’assurance annuelle, les ferries éventuels et les imprévus. De même, si vous effectuez plusieurs centaines de kilomètres par semaine, attendez-vous à devoir faire le plein plus souvent, et si vous prenez tous vos repas au restaurant, vous pouvez doubler ce budget…
  • Travailler en van, les inconvénients : Vivre en fourgon et travailler n’a pas que des bons côtés et ne convient pas à tout le monde. Si j’aime énormément cette vie d’aventure et de mouvement, il faut savoir que tout a un prix. Par exemple, la solitude fait partie de mon quotidien et même si je rencontre bien évidemment des amis ou des voyageurs, il est facile de se sentir un peu isolé lorsque l’on vit dans un van. Il n’est pas non plus évident de n’avoir qu’un seul et même espace pour vivre et travailler, car cela nécessite beaucoup de rigueur et de motivation. Enfin, selon les saisons, travailler en van est plus ou moins agréable, surtout si comme moi vous n’avez pas de chauffage. C’est donc un choix qui n’est pas anodin et qui, comme beaucoup de choses, comporte deux facettes.
  • Où se garer : Autre petite chose qu’il peut être bon de savoir, on ne se gare pas partout avec un van ! Plus précisément, tout dépend de la taille de votre véhicule. Si vous avez acheté un grand camping-car, vous risquez de devoir mettre la main à la poche très souvent pour vous garer en toute tranquillité. Mon T4 est relativement petit et discret, je trouve donc toujours assez facilement un endroit où me garer gratuitement. Si besoin, jetez un œil à l’application participative Park4night, qui recense les spots où passer la nuit.

J’espère que ces quelques conseils pour devenir nomade digital et travailler en van vous auront aidé dans vos démarches pour vivre cette belle aventure. Ce n’est pas toujours évident de sauter le pas et de soulever des montagnes pour gagner cette nouvelle liberté, mais croyez-moi, le jeu en vaut la chandelle. D’ailleurs, si vous avez déjà expérimenté le fait de vivre en fourgon et travailler sur la route, n’hésitez pas à partager votre retour d’expérience avec le plus grand nombre dans les commentaires ci-dessous. Et si vous avez des questions, j’y répondrai avec plaisir !

Enfin, pour aller plus loin, je vous invite à retrouver l’intégralité de mes articles sur le voyage en van, ainsi que mon dossier complet sur la vie nomade moderne

Cet article est sponsorisé. Je suis restée libre de mes choix d’opinion.


Devenir nomade digital et travailler en van aménagé : tous mes conseils pour débuter... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Épinglez cet article sur Pinterest !
Devenir nomade digital et travailler en van aménagé : tous mes conseils pour débuter... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Devenir nomade digital et travailler en van aménagé : tous mes conseils pour débuter... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Devenir nomade digital et travailler en van aménagé : tous mes conseils pour débuter... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Devenir nomade digital et travailler en van aménagé : tous mes conseils pour débuter... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Devenir nomade digital et travailler en van aménagé : tous mes conseils pour débuter... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Devenir nomade digital et travailler en van aménagé : tous mes conseils pour débuter... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif

One thought on “Devenir digital nomade en van aménagé : conseils pour débuter”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.