Comment ma famille s’est agrandie grâce au Couchsurfing

Autant vous le dire tout de suite, je ne viens pas de me marier ni de tomber enceinte. Pourtant, ma famille s’est naturellement agrandie ces dernières années. Voici une belle histoire d’amitié en voyage que je suis heureuse de partager avec vous…

Il y a cinq ans, mes tongs et moi découvrions la Grèce pour la première fois. J’étais seule, et je voyageais alors à travers les Balkans durant deux mois. En arrivant à Athènes, j’ai écrit un long message sur le site Couchsurfing afin de trouver des hôtes susceptibles de m’accueillir les jours à venir. C’est ainsi que je fis la connaissance de Diane, qui m’invita gentiment à pousser la porte de sa yourte, située au Sud du Péloponnèse près de Kalamata.

Diane avait l’âge de ma grand-mère, j’ai donc eu un peu d’appréhension. Les journées ne vont-elles pas paraître trop longues en sa compagnie ? Que va-t-on bien pouvoir se raconter ? Dès la première heure, j’ai pourtant compris que j’étais en train de vivre un moment privilégié. Si le fait qu’elle vive dans un petit paradis a bien sûr ajouté une bonne dose de charme à mon séjour chez elle, c’est surtout sa personnalité et les différentes vies qu’elle a vécues les unes après les autres qui m’ont profondément touchées.

l'amitié en voyage, ça exite!
La vue depuis l’une des deux yourtes de Diane

Discuter avec Diane, c’est se délecter de ses récits d’expatriation. Née en Angleterre, c’est en Arabie Saoudite qu’elle a connu sa première longue expérience à l’étranger. Elle a ensuite vécu en France une douzaine d’années avec son époux, avant de déménager en Grèce où elle est toujours installée. Son mari Paul est aujourd’hui décédé, mais elle continue de faire vivre la flamme qui les animait en poursuivant leur projet hors du commun : vivre dans une yourte, dans un petit village grec. Toute sa vie, elle a su sortir des sentiers battus et s’enrichir de multiples expériences. Autant vous dire que cette femme a de la ténacité, et inspire le respect. Si j’admire sa force de caractère, c’est surtout son charisme qui m’a conquise.

J’ai donc décidé d’agrandir mon cercle familial en l’adoptant comme mamie de cœur, et à l’heure d’aujourd’hui elle ne s’en est pas encore trop plainte (oui car elle est très bien élevée). Comme tous les chemins mènent à Athènes – ou quelque chose comme ça – la Grèce se trouve toujours miraculeusement sur ma route. Je reviens donc lui rendre visite tous les ans, lui apportant tantôt de la vanille de Madagascar ou du bon vin italien, tout dépend d’où j’arrive ! C’est aussi la raison pour laquelle je fais actuellement du pet sitting à Megali Mantineia : nous sommes voisines durant trois mois, et je profite au maximum de ces quelques semaines de plénitude.

Je trouverai une belle amitié en voyage en grèce
Hiver 2014, je me rends à Pyrgos (ville voisine) en auto-stop, afin de venir rendre visite à Diane

À force de persuasion, elle est également venue passer quelques jours de vacances chez ma famille, en France. D’une amitié en voyage est née une belle histoire qui s’inscrit dans le temps. Aujourd’hui, je tente de la convaincre de me rejoindre l’an prochain en Mongolie, empire des yourtes, où je nous imagine bien vivre de belles aventures dans la steppe. L’avenir nous dira si je parviens à la kidnapper !

Ce que j’aime aussi chez Diane, c’est sa contagieuse joie de vivre. Non seulement son sens de l’humour m’épatera toujours, mais en plus elle conserve une éternelle jeunesse dont elle seule détient le secret. Lorsque je lui rends visite, je me dis toujours que je serais comblée si en vieillissant je lui ressemble un peu.

Dans notre petit village, elle est le lien qui unit la plupart d’entre nous. Évidemment, elle connaît tout le monde – et tout le monde la connaît. Elle consacre l’essentiel de son temps à aider ses riverains ou amis, et ces derniers le lui rendent bien. Diane, c’est un peu la voisine que tout le monde aimerait avoir, et c’est l’amitié en voyage que chacun aimerait lier. Quand je l’écoute me raconter les histoires qu’elle a vécues, je réalise que j’ai beaucoup de chance qu’elle me confie un peu de sa vie. C’est un peu comme ouvrir une grande encyclopédie, sauf qu’en plus elle me cuisine de délicieux petits plats et me couvre de mille attentions. Qui plus est, une encyclopédie pleine de vie : lorsque nous sortons le soir, je tombe de sommeil bien avant que Diane ne pense à rentrer se coucher. Mes paupières sont lourdes et je baille comme une enfant, tandis qu’elle semble tout juste commencer à s’amuser. Vivre dans une yourte maintient en forme dirait-on !

J’ai perdu ma mamie il y a sept, et nous étions très proches. Je n’aurais jamais pu imaginer ressentir des sentiments semblables avec cette old british lady, au fin fond du Péloponnèse.

J’ai beaucoup réfléchi et j’ai découvert que je n’étais pas entrée dans ce café par hasard ; les rencontres les plus importantes ont été préparées par les âmes avant même que les corps ne se voient. En général, ces rencontres ont lieu lorsque nous atteignons une limite, que nous avons besoin de mourir et de renaître émotionnellement. Les rencontres nous attendent, mais la plupart du temps nous les empêchons d’avoir lieu. Cependant, si nous sommes désespérés, si nous n’avons plus rien à perdre, ou si nous sommes enthousiasmés par la vie, alors l’inconnu se manifeste et notre univers change de cours.

Tiré de Onze minutes, un livre de Paolo Coelho

Comme dans la vie sédentaire, l’amitié en voyage doit être nourrie, et Diane le sait bien. Jamais elle n’oublie de prendre de mes nouvelles, ni de me souhaiter mon anniversaire. Pour mille raisons différentes, je lui suis profondément reconnaissante, et j’espère pouvoir continuer de me rendre chez elle à l’improviste encore longtemps, déguster ses spinach pies ou ses roasted pumpkins, la questionner une fois de plus sur comment fabrique-t-on de l’huile d’olive, apprendre de son expérience et me délecter de ses anecdotes toujours très décalées.

Faire de l'huile d'olive en grèce
Hiver 2013, Diane me fait visiter une presse à olives

Dans quelques semaines, mon expérience en tant que pet sitter ainsi que mon voyage en Grèce se termineront. Je prendrai alors la route du retour, afin de passer Noël en famille. J’ai souvent eu l’occasion de nouer amitié en voyage, mais j’ai développé pour Diane une affection toute particulière. Je sais d’ores et déjà que les adieux à venir seront difficiles, mais je saurai toujours retrouver le chemin de sa yourte…

D’ici là, je remercie Diane pour toute sa bienveillance, sa générosité, sa confiance et tout ce que je ne peux écrire ici. Et qui sait, la prochaine fois que je dormirai dans une yourte à ses côtés, peut-être serons-nous toutes deux en Mongolie ? ? ?


histoire d'amitié en voyage
Épinglez cet article sur Pinterest !

14 thoughts on “Comment ma famille s’est agrandie grâce au Couchsurfing”

  1. Très belle rencontre ! J’espère que vous avez pu vous revoir avec Diane depuis ce récit… Les yourtes kirghizes auraient pu lui plaire ! J’ai aussi fait de belles rencontres grâce au Couchsurfing et en particulier une grâce à un volontariat au Costa Rica où j’ai fait la connaissance d’un couple d’australiens qui a vécu des expériences incroyables à travers le monde entier ! Si ça t’intéresse, je raconte tout ici : http://lejourou.fondamentaux.org/jai-rencontre-outback-jack-et-sa-femme/
    Bon voyage !

  2. merci pour cette ode si touchante à Diane
    je suis heureux que tu trouves en elle une mamie de substitution
    transmets lui mon affectueuse amitié
    à bientôt
    bises
    PS: j’ai adoré la pensée de Paolo Coelho …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.