Panier

Il y a autant de façons de parcourir le chemin de Compostelle que de pèlerins. Cela dit, si vous vous apprêtez à marcher sur le camino de Santiago, voici quelques conseils qui vous aideront sûrement. J’aurais aimé les connaître avant de partir randonner aussi longtemps la première fois, j’aurais ainsi évité quelques bobos et coups durs…

Bien choisir son itinéraire

Nombreux sont les chemins menant à Compostelle. Si le Puy-en-Velay est la voie la plus fréquentée côté français, le camino est loin de se limiter à cela : voies de Tours, de Vézelay, ou encore d’Arles traversent l’hexagone. Il en va de même dans la péninsule ibérique. Le camino Frances connaît une forte affluence, mais il existe bien d’autres sentiers balisés pour rejoindre Santiago, à l’instar de la Via de la Plata, ainsi que des caminos del Norte, Primitivo ou de Madrid…

Parmi toutes ces options, le choix de l’itinéraire n’est pas une mince affaire ! Veillez à prendre en compte différents paramètres, avant de prendre votre décision.

  • La saison : Le chemin sera-t-il ombragé en été ? Ou compte-t-il suffisamment d’hébergements ouverts l’hiver ?
  • La fréquentation : Souhaitez-vous expérimenter la solitude, ou recherchez-vous la compagnie d’une joyeuse bande de pèlerins ?
  • La distance et le temps : Voulez-vous partir depuis chez vous ? Combien de kilomètres marcherez-vous par jour ? De combien de temps libre disposez-vous ? Acceptez-vous de ne faire qu’une partie du chemin, et terminer plus tard (ou pas) ?
  • Les infrastructures : Préférez-vous bénéficier d’un certain confort (beaucoup de choix d’auberges, nombreux point d’eau…), ou cela vous est-il égal ?

En prenant le temps de répondre à toutes ces questions, vous pourrez choisir plus facilement votre itinéraire, tout en faisant en sorte que ce dernier soit vraiment adapté à vos besoins et envies. Rassurez-vous, rien n’est cependant définitif. Vous pouvez décider au dernier moment d’emprunter une autre voie, vous êtes libre !

conseil compostelle itinéraire

Acheter le bon matériel

L’équipement est sûrement la clé de la réussite d’une telle entreprise. Partir marcher, plusieurs semaines, sans avoir le matériel adéquat ne serait pas malin (même si certains y parviennent). Avant toute chose, il est important de bien choisir ses chaussures, tâche trop longue à décrire ici, je vous laisse découvrir mon article complet en cliquant sur le lien.

Ensuite, il est primordial de n’emporter avec soi que le nécessaire ! Établir la liste de matériel est donc souvent fastidieux, car la peur de manquer s’invite dans les pensées du futur pèlerin… Ne la laissez pas vous déconcentrer, et ne prenez que ce qui vous sera utile. Au pire, vous trouverez toujours en route ce dont vous avez besoin (racheter des pansements…). Dans la mesure du possible, essayez de donner plusieurs fonctions à chaque objet : un foulard devient oreiller, un poncho une bâche pour vous asseoir dans l’herbe, etc.

Acheter de l’équipement ultra-light peut vite revenir cher, même s’il est évident qu’une fois en chemin, personne ne regrettera les quelques grammes gagnés. Si votre budget est serré, n’hésitez pas à fouiller les annonces de seconde main (sauf pour les chaussures). Vous pouvez également renvoyer un colis chez vous, avec votre surplus de matériel, si vous partez avec un peu trop d’affaires.

conseils compostelle sac à dos
conseils compostelle chaussures

Trouver son rythme

Pour bien vivre cette expérience de pèlerinage, il est important d’avancer à son rythme. Lors de mon aventure sur le camino Frances, je suis allée bien trop vite, brûlant un peu les étapes, et faisant souffrir mon corps inutilement. J’ai depuis appris à mieux m’écouter, et j’ai parcouru le chemin portugais puis la Via de la Plata avec beaucoup plus de plaisir, sans foncer, en respectant mes limites.

Chacun doit suivre son propre tempo, ce qui n’est pas toujours simple quand on voyage en groupe, ou lorsque l’on fait des rencontres en chemin. Il s’agit-là d’un juste équilibre à trouver, qui est essentiel pour éviter les blessures et profiter pleinement du chemin. Pour faire court, ne soyez pas pressé, vous serez rendu bien assez vite à Santiago, où vous n’aurez qu’une envie : remonter le temps pour revenir au premier jour de votre longue marche.

Je ne lis pas le guide, je suis. On verra bien où ça s'arrête. De toute façon ce n'est pas pour tout de suite… Ne pas réfléchir aide à avancer. Il faut lâcher prise. Se laisser faire, se laisser porter par les autres et par la route.

Alix de Saint-AndréEn avant, route !
conseil compostelle rythme

Prendre soin de son corps

Marcher plusieurs semaines d’affilée est très différent de la pratique régulière de la randonnée à la journée, même sur de longues distances. En effet, contrairement à la marche occasionnelle, l’effort demandé par l’itinérance à pied ne laisse au corps aucun répit, ni aucune parenthèse de repos. Il faut donc prévenir au mieux les petits bobos, sans quoi ces derniers peuvent se transformer en blessures plus profondes (tendinites, fractures de fatigue, ampoules géantes…).

Le secret est sans doute d’arrêter de marcher lorsque la douleur apparaît. Logique, en somme. Toutefois, ce n’est pas toujours évident, surtout si vous vous trouvez au beau milieu de nulle part ! Ainsi, faites au mieux pour ne pas forcer, et aménagez-vous des plages de repos permettant à votre corps de se régénérer.

N’hésitez pas à vous échauffer le matin, et à vous étirer le soir venu. La pratique de massages est également un bon moyen de se ressourcer entre deux étapes. À vous de développer vos propres techniques, mais quoi qu’il en soit, ne laissez aucune douleur s’aggraver ! Par ailleurs, n’oubliez pas de bien boire, mais aussi bien manger !

compostelle soins du corps

Préparer son retour

On n’y pense pas forcément, mais rentrer chez soi après une telle marche peut être aussi éprouvant que l’aventure elle même. J’ai lu énormément de livres sur le chemin de Compostelle, et tous les auteurs partagent cet avis : le retour est une étape du camino à part entière, et mieux vaut s’y préparer en amont.

Il n’existe pas de recette secrète permettant de bien vivre cette dernière page du voyage. Chaque pèlerin doit y penser en approchant de Santiago, en faisant mentalement le bilan de son chemin. Il est également important de faire en sorte que l’arrivée à Compostelle ne soit pas une fin en soi, mais le début d’un nouveau chapitre de vie. On ne peut pas tous attendre du camino qu’il nous transforme à jamais, mais on peut essayer d’en retirer mille et une choses positives, à appliquer ensuite au quotidien. Vous l’avez compris, préparer le retour est donc quelque chose de très personnel. Selon les pèlerins, ce moment peut être heureux ou triste, voire les deux !

faire compostelle conseils
conseils camino santiago

J’espère que ces différents conseils pour faire le chemin de Compostelle vous aideront à préparer votre aventure ! Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir mon retour d’expérience en tant que femme seule sur le camino, ainsi que ma liste de matériel de grande randonnée qui complétera sûrement les infos données ci-dessus.

Enfin, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire ci-dessous. Faites-en de même si vous souhaitez partager vos astuces avec de futurs pèlerins !

Cet article est sponsorisé. Je suis restée libre de mes choix d’opinion.

Mes meilleurs conseils pour faire Compostelle, après 3600km de marche sur le Camino... | Histoires de tongs, le blog aventure en solo et au féminin

Épinglez cet article sur Pinterest !

NOUVEAU ! PHOTOS COMPOSTELLE Tirage papier Fine Art haute qualité

Join the discussion One Comment

Leave a Reply