Panier

Il y a peu, ma cousine Harmonie et moi sommes parties randonner trois jours, au cœur du Morvan. Une région que je connais bien, à part peut-être les alentours d’Avallon. Cette jolie petite ville, située dans le département de l’Yonne, fut notre point de départ pour cette aventure 100% nature. Nous avons fait le choix de suivre les balises destinées à nos amis cyclistes, sur environ 45km, jusqu’aux abords de Quarré-les-Tombes…

Jour 1, la vallée du Cousin

Nous quittons le centre d’Avallon, première belle surprise du voyage, ville adorable à souhait. Dès la sortie de la cité fortifiée, ça grimpe sec ! Heureusement, nous avons tout fait pour voyager le plus léger possible, et nous ne regrettons pas de n’avoir apporté avec nous que le minimum. Très vite, les marcheurs se font rares, et en moins d’une heure nous nous retrouvons totalement seules, au beau milieu de la forêt. Cette dernière, luxuriante et sauvage, nous ouvre les portes d’un monde parallèle, sorte de parenthèse où nous sommes comme coupées du monde, pour notre plus grand plaisir. La preuve qu’il existe encore des espaces vides en France !

Aux côtés des balises signalant le tracé de la Grande Traversée du Morvan sont épinglées quelques coquilles Saint-Jacques, indiquant aux pèlerins la voie à suivre jusqu’à Compostelle, via Vézelay. L’envie de prendre le chemin de Santiago me fait de l’œil mais je me ravise, ce sera pour une prochaine fois. Cela dit, pas besoin d’aller si loin pour vivre de grandes émotions. Nous sommes heureuses de nous mettre au vert durant quelques jours, et avons bien l’intention d’en profiter pleinement.

À Méluzien, nous effectuons nos recharges en eau pour la nuit, chez l’habitant. Sur cet itinéraire, les fontaines, épiceries, cafés et autres réjouissances sont quasi-inexistants : nous avons été prévoyantes et mis à part l’eau, nous marchons en totale autonomie.

Nous serpentons ensuite le long des méandres du Cousin, une rivière sombre, bordée de fougères. Peu avant la tombée de la nuit, nous installons sommairement notre bivouac, et ouvrons un sachet de nourriture lyophilisée. Au fur et à mesure que la lumière s’amenuise, les moustiques apparaissent, nous tirons alors notre révérence et partons nous emmitoufler dans nos duvets bien chauds. Autour de nous, la forêt quant à elle s’éveille, enveloppant notre sommeil de mille cris d’animaux.

vallée du cousin morvan
rivière cousin morvan
randonnée morvan
itinérance à pied
grande traversée morvan blog
bivouac grande traversée morvan

Jour 2, au fil de l’eau

Réveil en douceur, avec les rayons du soleil nous réchauffant agréablement le corps. Petit débriefing de la nuit passée : c’était le premier bivouac de ma cousine ! Malgré le dos un peu endolori par la rudesse du sol, Harmonie semble avoir fermé les yeux, du moins suffisamment pour arborer un grand sourire au petit matin, et me voilà rassurée.

Nous plions bagages, petit-déjeunons et effaçons toute trace de notre passage avant de reprendre notre marche. Nous évoluons assez lentement car nous papotons, prenons quelques photos et savourons l’instant présent. D’ailleurs, contrairement à la plupart de mes treks, cette fois je ne compte pas les kilomètres. Nous ne nous sommes donné aucun objectif chiffré à atteindre : dans trois jours, nous arriverons où nous arriverons… Un excellent moyen de nous enlever toute pression, afin de vivre pleinement cette belle micro-aventure !

Dans un voyage, ce n'est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout.

Philippe Pollet-Villard
grande traversée du morvan

Au sortir de la forêt, le paysage se transforme drastiquement. Désormais, nous traversons un véritable patchwork composé de bocages et de pâturages. Nombreuses sont les vaches qui nous regardent crapahuter, d’un œil placide, presque désinvolte. Par endroits, le chemin est recouvert d’une impressionnante couche de boue, qu’il nous est impossible de contourner. Nos chaussures sont donc mises à l’épreuve, nous pataugeons dans la vase jusqu’aux chevilles, et espérons trouver plus loin un plan d’eau où nous défaire de cette colle épaisse.

Nous déjeunons aux abords de l’Étang du Haut, et seuls quelques pêcheurs font acte de présence. À part ces derniers, nous ne rencontrerons personne d’autre jusqu’à notre arrivée ! Nous sommes parvenues à nettoyer grossièrement nos montantes et avons repris quelques forces. Avant de quitter les lieux, nous contemplons une dernière fois le miroir de l’eau, où se reflètent les parfaits contours de la forêt. Un tableau idyllique, comme sait si bien nous en offrir le Morvan.

Nous poursuivons sur notre lancée jusqu’au lac du Crescent, où nous souhaitons monter les tentes plus tard, dans la soirée. L’après-midi se déroule sous les meilleurs auspices : la température qui flirte avec les 20°C est idéale, les paysages vallonnés sont envoûtants et surtout, dans cette absolue solitude, nous avons la grisante impression que le sentier de la Grande Traversée du Morvan nous appartient, du moins durant trois jours.

Nous franchissons le barrage du Crescent, gagnons une petite plage relativement isolée et pique-niquons sur le rivage, avec pour immense nappe bleutée l’étendue lacustre déployée sous nos pieds.

randonnée morvan trois jours
randonnée morvan 3 jours
blog grande traversée morvan
lac de crescent
grande traversée massif central
GR morvan
camping sauvage morvan

Jour 3, le fin mot de l’histoire

Nous avons eu de la visite cette nuit : bon nombre de petits mammifères ont été intrigués par notre présence ici, et certains ont longuement erré autour de nos tentes ! Nous sommes chez eux, c’est de bonne guerre…

Nous démontons notre bivouac une dernière fois, les traits un peu plus tirés que la veille. Lors des grandes randonnées, les premiers jours sont toujours les plus fatigants : la mécanique du corps a besoin de trouver son rythme ! Nous reprenons notre marche cahin-caha, tout en grignotant quelques fruits secs et oléagineux. La bonne humeur ne nous a pas quittées, et c’est bien cela le plus important.

Nous effectuons nos derniers kilomètres dans les sous-bois, et sommes toujours autant surprises par la luxuriance du Morvan : difficile de trouver destination plus verte ! Peu avant Quarré-les-Tombes, nous tombons sur le premier commerce de notre voyage : un café, qui vend des burgers à emporter. Le gérant accepte de nous vendre une version végétarienne, nous nous empressons donc de passer commande, puis dévorerons goulûment nos sandwiches sur la place centrale de Marigny-l’Église. Croyez-le ou non (et après trois jours de nourriture lyophilisée) ce fut le meilleur burger/frites de nos vies !

Étant restées garées à Avallon, nous décidons de regagner la ville en auto-stop. Ni une, ni deux, une conductrice nous fait monter à son bord, et je me retrouve avec son chien sur les genoux. Hasard de la vie, son mari fait partie de l’équipe qui a conçu et balisé la Grande Traversée du Morvan. La magie du voyage a encore frappé…

visiter avallon
micro-aventure morvan

La Grande Traversée du Morvan, infos pratiques

L’itinéraire

Nous sommes parties d’Avallon et avons marché environ 45km, jusqu’à Marigny-l’Église, ce qui ne représente qu’une petite partie de l’itinéraire total. Vous pouvez retrouver le fichier GPX détaillé de cette étape sur le site officiel, ainsi que l’itinéraire complet de la Grande Traversée du Morvan (et du Massif Central, en prolongement).

Concernant le stationnement, nous nous étions garées gratuitement à Avallon, sur le parking situé à l’angle des rues Porte Auxerroise et du Maréchal Davoust.

Liste de mon matériel

Liste de mon matériel de grande randonnée

En savoir plus

Vous trouverez plus d’informations sur le site web du parc naturel régional du Morvan, je vous recommande vivement d’y jeter un œil avant votre départ.

De même, vous pouvez lire le topo-guide qui détaille cet itinéraire au complet : le tome 1 de la Grande Traversée du Massif Central, depuis la Bourgogne jusqu’en Auvergne. De quoi me donner envie de poursuivre ma lancée sur ce bel itinéraire au plus vite !

itinérance à pied morvan

J’espère que cet article vous aura donné une touche d’inspiration, pour de prochaines aventures ! Le Morvan regorge de petites pépites, si vous visitez ce parc naturel pour la première fois, n’hésitez pas à en découvrir les nombreux lacs, cascades et sites classés au patrimoine. Cela dit, si vous souhaitez vous mettre au vert quelques jours, comme ma cousine et moi l’avons fait, peu importe où vous vous rendrez : s’il existe un endroit où l’herbe est effectivement plus verte qu’ailleurs, c’est bien dans le Morvan !

Enfin, pour aller plus loin, n’hésitez pas à découvrir tous les articles de mon blog sur la randonnée et l’outdoor, notamment mes conseils pour bien préparer une première randonnée et toutes mes astuces pour bien camper

3 jours de randonnée et bivouac sur la Grande Traversée du Morvan... | Histoires de tongs, le blog aventure en solo et au féminin

Épinglez cet article sur Pinterest !

Join the discussion One Comment

Leave a Reply