Carnet de route d’un road trip en van dans les Dolomites

road trip dolomites 10 jours itinéraire

Je viens tout juste de boucler la boucle de mon road trip dans les Dolomites en van aménagé, et pour tout vous dire, si je m’attendais à en prendre plein les yeux, j’étais loin d’imaginer à quel point j’allais adorer cette nouvelle aventure ! J’avais déjà eu un bel aperçu des Alpes en venant jusqu’ici, car j’avais pris le temps d’explorer en route les plus beaux lacs de Savoie. Cette fois, c’est en Italie que je viens de vivre un vrai rêve éveillé. C’est à chaud que j’ai fait le choix de coucher mes mots sur le papier (enfin sur le blog), car je me trouve toujours à Bolzano. Voici donc sans plus attendre, le carnet de route de mon road trip dans les Dolomites en automne, une saison qui s’y prête parfaitement : il y a moins de monde et les couleurs sont splendides ! Vous trouverez dans cet article le descriptif de mon itinéraire de 10 jours, ainsi que des conseils pratiques pour réaliser ce road trip avec un petit budget (parkings gratuits et autres bons plans)…

Mon itinéraire de 10 jours dans les Dolomites :

Je vais détailler ci-après cet itinéraire de 10 jours dans les Dolomites, mais pour résumer, je me suis rendue dans les endroits suivants, qui sont pour la plupart des incontournables (vous pouvez cliquer sur les lieux soulignés pour vous rendre directement dans la partie de l’article en question) :

randonnée Tre Cime
Randonnée autour des Tre Cime

Visite de Bolzano :

C’est un peu par hasard que j’arrive à Bolzano le premier jour de mon road trip dans les Dolomites, car je dois y déposer une amie italienne chez qui je viens de passer le week-end, près du Lac de Garde. Comme il aurait été dommage d’être dans cette jolie ville du Tyrol du Sud (ou Haut-Adige) sans la visiter, je décide de garer mon van sur les hauteurs de la ville (je trouve des places de parking gratuites dans le quartier du château Klebenstein), et je flâne quelques heures dans les belles rues colorées de Bolzano.

Si comme moi, vous avez déjà passé quelques jours en Italie avant de venir jusque là, attendez-vous à être surpris : ici, on parle allemand, même si tout le monde comprend bien sûr l’italien. Au premier abord, on se croirait plus en Autriche ou en Suisse qu’en Italie (écrit-elle après avoir tout juste avalé un bretzel sur le pouce). Je remercie donc solennellement mes parents de m’avoir obligée à faire allemand LV1 durant toute ma scolarité.

Impossible de visiter Bolzano sans se promener dans les rues piétonnes de la vieille ville, ni d’aller jeter un œil à la cathédrale (ou duomo de Bolzano), que je trouve d’ailleurs charmante. Enfin, sur la place centrale, se trouvent une multitude de restaurants où commander la première pizza d’une virée prometteuse dans les Dolomites !

dolomites en van
La statue du poète lyrique Walter Von Der Vogelweide, sur la place centrale de Bolzano

L’Alpe Di Siusi :

Le second jour de mon road trip dans les Dolomites est bien rempli, et il commence avec un passage éclair au Laghetto Di Fie, mais le parking coûte 6€ et je ne trouve pas de solution pour me garer gratuitement dans les parages. Je passe donc mon chemin, en ayant compris la leçon : il va me falloir ruser pour la suite de ce voyage et mieux préparer mes excursions, sans quoi mon budget risque d’en prendre un sacré coup !

Je file donc à l’Alpe Di Siusi et je trouve cette fois une place sans souci, en plein centre. Je prends donc mon temps et déjeune dans le van, avant de marcher jusqu’à la petite église San Valentino, mignonne comme tout. Malheureusement, elle est fermée lors de ma venue, mais je ne regrette pas le déplacement pour autant ! De là-haut, la vue sur la vallée en contrebas est splendide, et le soleil est au beau fixe : le moment est parfait. Je passe ensuite à Castelrotto, mais je préfère filer rapidement à Renon, un endroit qui m’a l’air assez surprenant…

église san valentino dolomites
L’église San Valentino, à l’Alpe Di Siusi

Les pyramides de terre de Renon :

En effet, une fois arrivée sur place, je suis très étonnée de découvrir à quel point ces drôles de monticules de terre acérés tranchent avec le reste du paysage, qui lui semble si doux et paisible. Je laisse mon van sur un parking gratuit le long de la départementale, et m’en vais à pied, faire un tour d’une trentaine de minutes.

Il s’agit-là des cheminées des fées (pyramides de terre) les plus hautes et les plus développées de toute l’Europe, rien que cela ! Certes, si vous avez déjà eu l’occasion d’en admirer d’autres de par le monde (ce qui était mon cas lors d’un précédent road trip en Cappadoce), vous risquez fort de rester sur votre faim… Toutefois, je fais partie des gens qui s’extasieront toujours de contempler les merveilles de la nature : j’ai beaucoup aimé cette promenade, très tranquille, et je vous la conseille si vous souhaitez prendre une journée au calme, ou si vous êtes en famille.

pyramides de terre renon
Les cheminées des fées de Renon (pyramides de terre)

Le Val de Funes :

Je termine ma journée à Santa Maddalena, car comme beaucoup d’autres voyageurs ici, j’ai envie d’aller visiter la célèbre Chiesetta San Giovanni, qui trône fièrement au beau milieu du Val de Funes. Cependant, le site est un peu décevant. Arrivée sur place après avoir marché une quinzaine de minutes (j’ai garé le van à Santa Maddalena), je me retrouve face à un portique qui m’évoque plus Disneyland qu’une charmante église nichée au cœur des Dolomites… L’entrée coûte 4€ pour les adultes, mais elle est gratuite pour les enfants de moins de 12 ans. Certes, je comprends totalement que l’on tente de protéger cet édifice exceptionnel des dérives du tourisme de masse, mais je vais vite m’apercevoir lors de mon road trip dans les Dolomites que faire payer le badaud est la solution systématiquement privilégiée.

Je prends tout de même quelques photos, à la hâte car je ne suis pas forcément à l’aise avec l’endroit : nous sommes en octobre, il est 18h, et je suis loin d’être la seule à marcher entre les deux barrières qui délimitent l’espace où il est autorisé d’évoluer. D’ailleurs, l’église est fermée, impossible d’y rentrer ou d’y jeter un œil rapidement. Si vous êtes pressés lors de votre séjour dans la région, passez votre chemin.

Je dors ensuite à San Pietro (tout près) et la nuit est pluvieuse. Je dois me blottir sous une paire de couvertures bien chaudes car s’il fait chaud la journée, les nuits sont déjà très fraîches, et oui nous sommes en automne !

val de funes église san giovanni
La Chiesetta San Giovanni, à Santa Maddalena (Val de Funes)

Visite de Bressanone (Brixen) :

Le lendemain, il continue de pleuvoir toute la matinée et je décide de changer mes plans : j’avais prévu une randonnée, je me rabats sur la ville de Bressanone en espérant qu’il fasse meilleur temps dans quelques heures, pour en profiter un peu plus.

Pari gagné ! Vers 14h, le soleil se lève, j’attrape mon appareil photo, une pomme et une veste et je file en direction du centre-ville (il y a un grand parking gratuit en proche-banlieue). Tout comme à Bolzano, je tombe immédiatement sous le charme de Bressanone qui une fois encore, donne au voyageur ce petit avant-goût d’Autriche, qui n’est plus qu’à deux pas – j’irai d’ailleurs dans 10 jours.

Les rues du centre sont animées, colorées et piétonnes, la cathédrale est extraordinaire (et je pèse mes mots), et le soleil brille : je n’aurais pas imaginé ce matin que je puisse profiter autant de cette fin de journée ! Pour fêter ça, je m’offre une large part d’Apfelstrudel (gâteau traditionnel à la pomme, aux noix, à la cannelle et aux raisins secs), avant de regagner mon van aménagé, et de reprendre la route en direction de Ferrara, où je passerai la nuit.

visiter bressanone dolomites
Visite de Bressanone dans les Dolomites

Le Lago Di Braies :

Pour le quatrième jour de mon road trip dans les Dolomites, je souhaite me rendre au Lago Di Braies, le lac le plus célèbre et le plus touristique de toute la région. Pour une fois, j’ai préparé correctement ma visite, et je sais que si je ne m’y rends pas aux aurores, je risque d’être déçue. Je mets donc mon réveil à 5h45, et même si je peine un peu à me lever si tôt, je fonce sur place au petit matin. Je me gare sur l’un des grands parkings à 5 minutes de marche, en espérant être de retour au van avant le réveil du gardien (sinon, ça sera 6€).

J’effectue ensuite le tour du Lago Di Braies à pied, ce qui me prend une trentaine de minutes. À cette heure là, il n’y a encore que très peu de monde et je peux profiter pleinement de ce lieu vraiment exceptionnel : ce n’est pas pour rien que ce lac est si connu ! Bien sûr, j’admire ses reflets parfaits dans une eau lapis-lazuli dont j’avais au préalable vu tant de photos… Je termine ma promenade en revenant à mon point de départ : la jolie cabane sur pilotis, d’où partent les petites barques en bois, pour celles et ceux qui en ont loué une. Il est maintenant 8h passées et l’affluence sur le site est déjà importante, ce qui n’est pas sans apporter quelques incivilités habituelles (certains grimpent dans les barques alors que c’est interdit…), mais pour ma part, il est déjà temps de courir au parking, en croisant les doigts pour que le patron ne soit pas déjà arrivé (et ça passe, ouf).

Lago Di Braies dolomites
Le célèbre Lago Di Braies

Le Lago Di Dobbiaco :

Pas très loin du Lago Di Braies, se trouve un second lac qui mérite vraiment que l’on s’y arrête : le Lago Di Dobbiaco. Cette fois, je paie 2€ pour une heure de parking afin de ne pas m’embêter, et je fais tranquillement le tour du lac, en prenant tout mon temps. Il y n’y a encore personne car il est à peine 9h, et l’endroit semble être indompté. Des panneaux indiquent d’ailleurs la présence cachée de toute une faune que l’on n’imaginerait pas (dont beaucoup de vipères, mieux vaut donc choisir des chaussures de marche adaptées si vous faites le tour du Lago Di Dobbiaco).

Ici aussi, on peut admirer de magnifiques reflets dans une eau cristalline. Mais l’endroit, sauvage et paisible à la fois, ne se résume pas à cela : ce sont en effet ses alentours qui m’ont le plus séduite, ses marécages, ses forêts, ses oiseaux, et ce petit côté inapprivoisable. Un vrai coup de cœur !

Lago Di Dobbiaco dolomites
Le magnifique Lago Di Dobbiaco

Le Lago Di Landro :

Mon petit tour des lacs des Dolomites se poursuit tranquillement auprès du Lago Di Landro : un lac surprenant, avec son immense plage immaculée ! Certes, il ne s’agit pas là de sable blanc, mais d’une sorte de glaise très claire : cette terre blanchâtre pourrait de loin faire penser le voyageur à l’une de ces longues plages que l’on trouve en Thaïlande.

De près, c’est une toute autre chose : mieux vaut surveiller ses pas si l’on ne souhaite pas avoir de la boue jusqu’aux chevilles ! Toutefois, l’endroit est très agréable, et même s’il est difficile d’en faire le tour, j’ai beaucoup aimé me promener le long de ses rives, au gré du vent.

D’ailleurs, j’ai passé l’essentiel de l’après-midi à bouquiner sur le parking qui jouxte le lac et qui offre une vue imprenable sur ce dernier : il est rare dans les Dolomites de pouvoir se garer si près d’un site touristique (et gratuitement qui plus est), afin d’en profiter directement depuis l’intérieur de l’habitacle. Quel repos pour le corps et l’esprit !

Le Lago Di Misurina :

Dernier lac des Dolomites que je visiterai aujourd’hui : le Lago Di Misurina. Je prépare en effet ma randonnée dans les Tre Cime qui aura lieu le lendemain, et ce lac se trouve tout près. Je vous le dis tout de suite, si vous effectuez votre road trip en van ou en camping-car, attendez-vous à mettre la main au porte-monnaie : il est très difficile d’éviter de payer le stationnement, qui en plus est hors de prix ! Je trouve toutefois mon bonheur en me garant à l’entrée du Col de Varda (vers le départ des cabines), le parking est gratuit mais réservé aux voitures – je n’aurai pas de souci et le lendemain non plus.

Je me promène tout autour du lac qui ressemble un peu au Lago Di Dobbiaco, avec son petit côté sauvage. Il fait par contre très froid, et je réalise que je suis tout de même à 1750m d’altitude, ceci explique peut-être cela ! Je décide donc de passer la nuit un peu plus bas, à Cortina d’Ampezzo, et de revenir ici-même demain matin. J’aurai sans doute beaucoup moins froid ainsi, car ce mois d’octobre s’annonce moins chaud que ce que j’avais prévu.

Lago Di Misurina
Le Lago Di Misurina, et ses couleurs d’automne (nous sommes mi-octobre)

Randonnée aux Tre Cime :

Réveil à 5h45 et je suis super motivée ! En quelques minutes seulement, je suis déjà prête pour gratter mon parebrise tout givré, puis j’appuie à fond sur le champignon : il me faut remonter près du Lago Di Misurina où je souhaite laisser mon van, sur le même parking que la veille. Si je ne monte pas plus loin avec mon T4, c’est que je n’ai pas envie de payer le péage permettant d’accéder au départ de la randonnée pour les Tre Cime (pour une journée, c’est 30€ pour les voitures et 45€ pour les camping-cars, ça calme). Sachez-le pour info, j’aurais pu me garer plus près, au Lago d’Antorno qui se situe en chemin, mais je ne le savais pas lorsque j’ai préparé ma randonnée

Je prends donc mon courage à deux mains, et je débute ma séance de grimpette : je dois marcher le long d’une route sinueuse et qui monte sec, sur une distance de 8km, avant de pouvoir commencer le tour des Tre Cime. Je l’avoue, je me démotive assez vite, avec les premières bouffées de chaleur dues à l’effort. Du coup, je lève le pouce et jackpot : deux jeunes allemands me font monter avec eux dans leur grosse berline ! Je gagne facilement deux heures grâce à eux (et quelques gouttes de sueur…) et c’est tant mieux : j’arrive en haut alors que le site est encore quasiment désert, quelle chance extraordinaire !

trek tre cime dolomites
Lever de soleil près des Tre Cime

Ni une, ni deux, je remercie mes compagnons de route de m’avoir prise en auto-stop, et je rejoins le départ de la randonnée, au refuge d’Auronzo. Le soleil se lève à peine au-dessus des montagnes et je vis là un instant inoubliable. Je marche ensuite en direction du refuge Lavaredo, puis du refuge Locatelli, avant de revenir au point de départ. Le tour des Tre Cime est une randonnée assez rapide et facile, ce qui me laisse un peu sur ma faim : je ne me suis pas levée si tôt pour terminer ma journée à 10h du matin ! Je profite donc d’être sur place pour marcher un peu au hasard sur les sentiers environnants, et pour faire de jolies photos.

Je redescends ensuite à pied jusqu’à mon van, en compagnie de Marcos, un jeune espagnol qui comme moi vit en camion aménagé. Il voyage avec deux gros chiens adorables, et nous passons un excellent moment, aussi inattendu que convivial ! Retour à Cortina d’Ampezzo pour la nuit, car j’y ai trouvé un petit spot qui me plaît bien et y revenir me donne un peu l’impression de rentrer chez moi…

randonnée tre cime
Je fais face aux Tre Cime

Le Lago Di Sorapis :

Une fois n’est pas coutume depuis le début de mon road trip dans les Dolomites, je me lève à 5h45 et ce matin, ça pique ! Mais le jeu en vaut la chandelle : je file en vitesse au Passo Tre Croci où je gare le van (toujours gratuitement), et j’emprunte le sentier de randonnée en direction du Lago Di Sorapis ! J’ai eu un peu de mal à trouver le départ car il est mal indiqué : sachez qu’il faut suivre le GR215 vers le refuge Vandelli, et aller jusqu’au bout. Je suis toute excitée car ce lac fait partie des grands incontournables à voir dans les Dolomites, j’attendais donc cette journée avec impatience !

Le début de la randonnée est assez facile. Le chemin ombragé traverse une forêt qui a déjà revêtu ses jolies couleurs automnales. Je suis tout seule ce matin : nous n’étions que deux véhicules sur le parking du départ. Après un quart d’heure de marche, j’entends de drôles de grognements. Le genre de grognements qui peut faire peur lorsque l’on randonne seule dans les bois… Le genre de grognements d’ours, pour tout dire… Alors, je tente de me remémorer les conseils que m’avaient donné à l’époque mes amis du Québec (qui avaient cette fâcheuse tendance à toujours me parler des ours, allez savoir pourquoi…). Puis je rassemble mes esprits, et je poursuis sur ma lancée. Finalement, je ne croiserai pas d’ours, ce que j’estime être une excellente issue.

que voir dans les dolomites
Les paysages sont somptueux du matin au soir

La seconde moitié du trek est plus sportive : le sentier grimpe franchement, et beaucoup de passages sont étroits et à flanc de falaise. Moi qui ai très vite le vertige, je suis servie. Heureusement, des échelles en métal ainsi que de longs cordages en acier ont été posés afin que d’aider les marcheurs. Je m’y cramponne à deux mains, et j’avance sans trop regarder en bas. J’ai fait le choix de voyager léger aujourd’hui, c’était bien vu !

Enfin, j’arrive au Lago Di Sorapis, et je ne sais pas si mon émotion est due au fait d’être de retour sur la terre ferme, ou au fait de pouvoir admirer le bleu turquoise de ce lac superbe. J’y fais la connaissance de deux français très sympas, puis je me promène autour du lac avant que trop de randonneurs n’arrivent. Je suis vraiment fascinée par cet endroit qui semble irréel, et je prends le temps de l’admirer en le scrutant des yeux en profondeur.

Une partie du lac est cependant asséchée, même si l’on ne le voit pas tout de suite lorsque l’on arrive. L’été, le Lago Di Sorapis doit certainement être plus joli, mais il ne doit pas reposer dans cet écrin automnal flamboyant : on ne peut décidément pas tout avoir. Je retourne ensuite au Passo Tre Croci en empruntant le même chemin, et je rencontre cette fois des dizaines et des dizaines de marcheurs, ce qui n’est pas vraiment commode pour nous croiser aux endroits les plus étroits du sentier. Tous sont cependant très courtois et patients, et cela nous vaut même quelques rires embarrassés !

Lago di sorapis dolomites
Je me fais un nouveau copain, au Lago Di Sorapis

Le Lago Di Valparola :

Après une nouvelle nuit à Cortina d’Ampezzo, je m’accorde une matinée de repos bien méritée. Cela fait en effet plusieurs jours que je me lève à l’aube alors aujourd’hui, je décide de profiter d’une journée un peu plus tranquille. Vers midi, je me rends au Lago Di Valparola, et je me gare sur un grand parking gratuit, tout près du musée de la première guerre mondiale. J’y effectue une petite promenade du dimanche très sympathique, flânant plus qu’autre chose…

Le temps est gris, ce qui ne m’empêche pas de tomber à nouveau amoureuse de ces paysages toujours plus grandioses. Il y a très peu de monde dans les environs et je trouve le Lago Di Valparola extrêmement reposant : aujourd’hui, je ne fais la course avec personne, je me réjouis simplement de vivre l’instant présent, ce qui en somme, est bien plus satisfaisant. Les montagnes alentours se reflètent dans les eaux vertes du lac, et sont des modèles photo parfaits pour la journée. Comme il est encore tôt, je me rends ensuite au Col Gallina. La route qui y mène, panoramique, est à mes yeux la plus belles de toutes celles que j’ai empruntées dans les Dolomites.

lago di valparola dolomites
Le Lago Di Valparola : splendide !

Le Col Gallina et le Lago Bain de Dones :

Je me promène une heure ou deux près du Col Gallina, recherchant aujourd’hui bien plus le sentiment de sérénité que le challenge sportif. Cela tombe bien, l’automne vient de s’installer pour de bon et en l’espace de 24h, les paysages sont comme transformés : les arbres ont arboré des couleurs ardentes, et ils m’entraînent sur la piste du Lago Bain de Dones sans même que je ne m’en rende compte.

Tant mieux, car je n’avais pas prévu d’explorer ce lac, et s’il est certainement le moins joli de tous ceux que j’ai eu la chance de découvrir ici, il comptera toutefois parmi mes préférés. Il est de loin le plus sauvage, mais aussi le plus petit et le plus désert. Dans cet univers silencieux, il est impossible de ressentir tout stress et c’est cela qui me plaît le plus : randonner en courant n’a pas vraiment de sens à mes yeux, et j’apprécie vraiment d’avoir du temps aujourd’hui. Je rentre ensuite tranquillement à Cortina d’Ampezzo, ce qui devient ma petite habitude ces jours-ci.

road trip dolomites budget
Une promenade agréable, comme toujours dans les Dolomites

Randonnée aux Cinque Torri :

Après quatre nuits passées à Cortina d’Ampezzo, je me dis que je ne peux tout de même pas quitter définitivement la ville sans la visiter ne serait-ce que brièvement, alors j’y fais un tour dans la matinée. Le centre-ville est aussi petit que mignon. De nombreux commerces y sont installés et j’en profite pour faire quelques courses, car tout est plus cher dans les autres petits villages. Je roule ensuite en direction des Cinque Torri, et je me gare directement le long de la route principale, sur un grand parking gratuit. En effet, je ne souhaite pas emprunter la toute petite route qui grimpe jusqu’au départ du trek des Cinque Torri avec mon van (il est très récalcitrant dans les côtes). Si vous êtes en voiture, vous pouvez monter sans souci, par contre si vous voyagez en camping-car mieux vaut vous garer en bas.

Je dois donc déjà parcourir quelques kilomètres, avant de débuter ma vraie randonnée, mais cela ne me dérange pas : la route traverse une superbe forêt que je suis heureuse d’avoir l’occasion de découvrir lentement. De la mousse recouvre le sol et des champignons sont sortis de terre. Une armée d’arbres chatoyants me cède le passage, virage après virage. Et moi, je me réchauffe avec joie, au fur et à mesure que je me rapproche des Cinque Torri, car il commence à faire sacrément froid dans les Dolomites.

trek cinque torri dolomites
Arrivée autour des Cinque Torri, qui sont sous la neige !

En haut, je suis les indications se trouvant sur les panneaux : le tour des Cinque Torri (giro delle Torri) sera un bon début pour me familiariser avec les lieux. La promenade est facile, relativement courte et sans danger, ce qui ne l’empêche pas d’être impressionnante : le GR pénètre par endroits au cœur de la roche, laissant au randonneur ce sentiment ambivalent d’être extrêmement petit, dans un environnement si puissant. De plus, il a neigé la nuit précédente, et les paysages sont immaculés : c’est une parfaite micro-aventure pour une demi-journée !

Je découvre dans un second temps le sentier des tranchées (sentiero delle trincee), qui est tout aussi étonnant. Ces dernières ont été creusées lors de la première guerre mondiale par les soldats italiens, afin de se protéger des troupes austro-hongroises. Bien sûr, le chemin a depuis été rénové, et il comporte aujourd’hui de nombreuses explications ainsi que quelques reconstitutions (cabanes en bois…). Le décor montagneux est paradisiaque, et il est difficile d’imaginer que ce même lieu ait été le théâtre de tant de violence, il y a tout juste un siècle. Randonner aux Cinque Torri, c’est vivre une rencontre poignante entre nature et Histoire.

sentier des tranchées cinque torri
Le sentier des tranchées, aux Cinque Torri

Le Val Gardena et Canazei :

J’avais décidé de randonner aujourd’hui à Seceda, mais ayant découvert (un peu tard) les prix exorbitants des remontées mécaniques pour rejoindre le début du trek, je modifie une fois encore mes plans. J’ai passé la nuit à Ortisei (St Ulrich), alors je fais un tour en van au cœur du Val Gardena. La route est panoramique, c’est l’une de mes préférées de l’ensemble de mon road trip dans les Dolomites ! Comme je conduis lentement (mon Transporter T4 Volkswagen est un peu traînard, et je ne suis pas non plus très véloce), cela me prend pas mal de temps et il est déjà midi lorsque j’arrive à Canazei.

J’y déjeune au soleil, puis je me promène rapidement dans les environs. La petite ville est surprenante : ses façades, colorées et délicatement sculptées, semblent tout droit tirées d’un film ! Je me suis arrêtée ici un peu par hasard (un peu parce que j’avais faim surtout), et il aurait été dommage de manquer cela.

road trip dolomites van aménagé
Mon van, qui m’attend sagement entre deux excursions

Le Lago Di Carezza

Dernier lac de mon road trip en van dans les Dolomites : le Lago Di Carezza, connu pour la couleur de son eau, extraordinaire. Je fais une petite folie et débourse un euro pour me garer tout près (car de toute façon je n’ai pas de plan B), puis je me promène autour du lac. En effet, son eau est bien d’un bleu quasi fluorescent, et c’est assez spectaculaire !

Si les rives du lac côté route sont assez touristiques, peu de personnes en font le tour, ce qui à mes yeux est regrettable : cela ne prend qu’une quinzaine de minutes, et offre de jolis points de vue. Le Lago Di Carezza, c’est un peu la cerise sur le gâteau que je n’attendais pas, après avoir eu la chance de découvrir autant de merveilles : une preuve de plus que le monde ne cessera jamais de nous enchanter…

lago di carezza dolomites
Le bleu incroyable du Lago Di Carezza

Nous croyons regarder la nature, mais c’est la nature qui nous regarde et nous imprègne.

Christian Charrière

Je retourne ensuite à Bolzano, une ville dont je suis tombée sous le charme (et accessoirement, où il fait bien plus chaud car elle se situe dans une sorte de cuvette). J’y passerai quelques jours, afin de me remettre de mes émotions, et de préparer la suite de ma grande aventure en van, qui ne se limite pas aux Dolomites puisque je suis sur la route pour un bon bout de temps. Je vous donne rendez-vous très vite sur le blog pour la suite…

Road trip dans les Dolomites & petit budget :

Avant de clôturer cet article qui comptera sûrement parmi les plus longs de mon blog voyage, voici quelques petits conseils supplémentaires, afin de réduire au maximum le budget de votre road trip dans les Dolomites car je vous préviens, dans cette région, cela peut vite chiffrer !

  • Les courses : Pour ma part, j’avais fait le plein de courses dans un discount de Brescia en venant, pour tout ce qui concerne les produits pouvant se conserver (fruits secs, noix, céréales, boîtes de maïs, de haricots, lait d’amande…). Pour les fruits et légumes, j’avais acheté le nécessaire à Bolzano et vu qu’il faisait relativement froid en ce mois d’octobre, cela m’a permis de tenir presque une semaine. En effet, les prix sont bien plus cher dans les Dolomites.
  • L’essence : Il en va de même pour l’essence (ou diesel pour mon T4), j’avais rempli mon réservoir à Brescia, et je m’en vais maintenant en Autriche refaire le plein car c’est bien moins cher qu’en Italie. C’est toujours bon à savoir !
  • Le parking : La plupart des parkings jouxtant les sites touristiques sont payants et très chers. Les prix sont encore plus élevés pour les camping-cars. Si vous voyagez à petit budget, faites comme moi : garez-vous loin et marchez, il vous suffit juste de prévoir suffisamment de temps pour rentrer avant la nuit. Par ailleurs, sachez que j’ai effectué mon road trip dans les Dolomites au mois d’octobre : il y avait donc beaucoup moins de monde qu’en plein été (prévoyez de marcher un peu plus ou de vous lever plus tôt en juillet/août).
  • Où dormir : Si vous n’effectuez pas votre road trip en van ou en camping-car, sachez que vous pouvez toujours faire du camping sauvage mais les nuits peuvent être (très) fraîches. Attention, dans beaucoup de parcs nationaux dans les Dolomites, il cependant est interdit de camper, renseignez-vous bien à l’avance. Pour celles et ceux qui préfèrent voyager avec un peu de confort, pourquoi ne pas tenter l’expérience Airbnb, et dormir quelques nuits chez l’habitant ? Je vous offre jusqu’à 34€ de réduction pour toute première inscription si vous passez par mon lien. Par ailleurs, si vous optez pour l’hôtel, pensez à réserver impérativement votre logement en avance, afin de profiter du meilleur prix.
  • Que voir d’autre dans les Dolomites : Il existe mille randonnées à faire dans cette région magnifique, et tout autant d’endroits à visiter ! Je ne peux donc dresser ici une liste exhaustive. Cependant, si je devais refaire un nouveau road trip dans les Dolomites, je m’organiserais autrement afin de pouvoir faire un trek du côté de Seceda. J’irai aussi certainement au Lago Di Fedaia, et je ne manquerais pas de reprogrammer quelques randonnées hautes en couleurs, mais hors sentiers battus cette fois.
  • Plus d’infos : Procurez-vous le Petit Futé spécial Alpes italiennes et Dolomites si vous souhaitez organiser votre voyage plus en détail !

J’espère que cet article de mon blog sur mon road trip dans les Dolomites vous aura donné envie d’y faire un tour un jour, surtout si c’est une région que vous ne connaissez pas encore ! Si à l’inverse, vous avez déjà eu l’occasion de vous y rendre, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ci-dessous, afin de partager avec nous votre retour d’expérience.

Enfin, vous aller plus loin, je vous invite à retrouver tous les articles de mon blog sur la randonnée, ainsi que ceux portant sur la van life, avec notamment mes meilleurs conseils pour préparer un road trip


Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Épinglez cet article sur Pinterest !
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif
Road trip dans les Dolomites en van aménagé : itinéraire de 10 jours détaillé, conseils pour voyager à petit budget, carnet de route et descriptif des plus belles randonnées... | Histoires de tongs, le blog voyage passionnément alternatif

8 thoughts on “Carnet de route d’un road trip en van dans les Dolomites”

  1. Super Astrid, super carnet de route, j’adore !
    cela donne envie d’y aller aussi.
    A bientôt pour de nouvelles aventures, c’est un plaisir de te lire.
    Françoise

  2. Merci Astride, je viens de découvrir cette région d’italie en te lisant, merci de tout coeur. Je suis aussi nomade depuis 5 ans avec mon fourgon aménagé et vis différents modes de vie et d’expérience en France, car je trouve ce coin de terre vraiment magnifique partout où je suis posée. Au plaisir de te suivre et te lire. le meilleur. De tout coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.