Il y a peu, je recevais ma Maman à Malmö. Venue me voir pour passer quelques jours de vacances chez moi – puisque désormais je vis une nouvelle aventure : celle de l’expatriation en Suède! – nous en avons profité pour franchir l’Øresundsbron : le pont qui relie Copenhague à Malmö.

C’est pour moi l’occasion de visiter à nouveau la capitale danoise, où j’aime flâner à mes heures perdues. Seulement vingt minutes de train, et nous voici déjà en plein cœur de Copenhague

Arriver à Copenhague :

M’étant rendue plusieurs fois sur place, j’ai pu tester les différents moyens de transport. Gagner le centre-ville fut à chaque fois un jeu d’enfant : une ville comme je les aime!

Comment rejoindre le centre-ville :

En avion :

L’aéroport international de Kastrup est relié à la gare de Copenhague (située en plein centre) par le train. Les tickets s’achètent directement sur les machines automatiques situées dans le hall. Le trajet dure une quinzaine de minutes et les trains sont nombreux. C’est d’ailleurs la même ligne ferroviaire qui dessert Malmö et la Suède.

En train :

La gare centrale (ou København H) se trouve au cœur de Copenhague. De là, vous pouvez partir explorer le centre de la capitale sans prendre le moindre transport en commun.

En bus :

Il existe différentes gares routières à Copenhague. De nombreuses compagnies d’autobus prévoient un arrêt derrière la gare ferroviaire : je vous recommande de descendre à cet endroit.

En voiture :

Les parkings sont payants dans le centre-ville, prêtez attention aux panneaux et n’omettez pas d’acheter un ticket de stationnement dans un parcmètre. Pour le reste, conduire au Danemark est aussi simple qu’en France, et les directions sont toujours bien indiquées.

Pour ceux qui souhaiteraient poursuivre leur road-trip vers le Nord, Sachez que traverser l’Øresundsbron avec un véhicule coûte une petite fortune. Si vous prévoyez de visiter Malmö ou la Suède pour quelques jours seulement, mieux vaut prendre le train.

pont suède danemark

La photo est de mauvaise qualité, mais je voulais vous présenter ma Môman! Nous sommes près du pont de l’Oresund

Toutes les routes mènent donc à la gare centrale, et première surprise : juste en face de celle-ci se trouve un grand parc à l’allure étrange : le parc de Tivoli. Des manèges font hurler les ados en manque d’adrénaline, les pommes d’amour font naître de nouvelles idylles, bref, vous voyez le tableau. Je préfère toutefois les parcs d’attractions abandonnés, loin des foules et enivrants de mystère, alors nous passons notre chemin et nous en allons quelques rues plus loin.

Visiter Strøget et le port de Nyhavn :

Depuis Tivoli, la visite de Copenhague débute naturellement dans la rue commerçante Strøget. Les accros du shopping allumeront un cierge dans ce temple piéton du lèche-vitrine, les âmes mélomanes laisseront guider leurs pas par les musiciens de rue. Quant aux voyageurs récalcitrants, fatigués ou grincheux (bouh!), ils trouveront pléthore de cafés où se réfugier dans la douceur d’un latte ou la fraîcheur d’une Carlsberg.

Tout au bout de la rue Strøget se trouve mon endroit préféré de Copenhague : le petit port de Nyhavn. Si l’afflux touristique ne permet pas d’y flâner en toute quiétude, les couleurs vives des maisons des deux rives valent tout de même le détour. Le canal est animé d’un bout à l’autre, et les bars et restaurants y rivalisent d’imagination. Le quartier est vivant mais pas dépourvu de son âme : le visiteur se retrouve plongé dans un parfum d’iode et de poisson fumé, un concentré scandinave qu’il serait dommage de manquer.

port de nyhavn à copenhague

Les couleurs du joli port de Nyhavn

Découvrir la ville libre de Christiania :

L’histoire du quartier de Christiania est unique. Tout commence en 1971, alors qu’une base militaire abandonnée est occupée par des squatteurs. Peu à peu, l’endroit se transforme en une ville libre où l’on ne paye pas de taxe, et où les règles diffèrent du reste du Danemark.

Si beaucoup de libres-penseurs apprécient de vivre dans cet environnement, Christiania est toutefois de plus en plus controversée, notamment à cause du trafic de cannabis. La plupart des backpackers se rendent dans ce quartier pour profiter d’une rare liberté : il est en effet possible d’y consommer de la marijuana en toute tranquillité. L’une des nombreuses raisons qui pousse d’ailleurs certains à visiter Copenhague!

Étant aujourd’hui accompagnée de ma maman, notre promenade se résumera à la découverte des canaux, et sera placée sous le signe de la sagesse.

christiania à copenhague

Impossible de visiter Copenhague sans se promener le long des canaux du quartier de Christiania

Voir la petite sirène :

Avec tout ça, nous n’avons toujours pas vu la petite sirène, et nous ne pouvons visiter Copenhague sans y jeter un œil, nous pressons donc le pas. Nous longeons l’Operahuset (l’opéra), traversons le port et ses impressionnants voiliers, et ouvrons grand nos yeux à sa recherche. Incontournable attraction de la capitale – il s’agit tout de même de la femme la plus photographiée au monde (et la Joconde alors, me direz-vous!?!) – nous nous apprêtons à admirer une nymphe au charme irrésistible.

Et là, c’est le drame. La petite sirène est plutôt jolie (quoique, un peu petite, le Manneken-Pis n’a rien à lui envier) mais là n’est pas la question.

Un trouble-fête, un rabat-joie (que dis, un emmerdeur!), survient par surprise, et nous révèle l’impensable vérité. Vous vous rappelez le jour où votre copain de classe vous a appris pour le Père Noël? Hé bien là, pareil! Si Christian Andersen a bien inspiré l’artiste Edvard Eriksen, la petite sirène, principale attraction touristique de Copenhague, n’est qu’une vulgaire copie.

Je vous laisse reprendre votre souffle un instant.

Ça va? Je poursuis. Il faut dire, la célèbre enjôleuse n’a pas côtoyé que le meilleur du genre humain. Le monde est bon, mais le monde est con, aussi. La statue fut dynamitée, décapitée à deux reprises, harnachée d’un godemichet et j’en passe. On relèvera toutefois l’effort créatif de certains. C’est pourquoi l’originale est précieusement conservée dans un lieu tenu secret, permettant ainsi aux plus déjantés de déverser leur fougue sur une réplique sans valeur.

petite sirène de copenhague

La (fausse!) petite sirène de Copenhague

Se promener entre églises, palais, et autres joyaux :

La promenade dans Copenhague se poursuit dans le parc Churchill, qui jouxte l’esplanade de la petite sirène. Au centre de l’espace vert se trouve le Kastellet, ou citadelle entourée de douves. Quelques mètres plus loin, c’est l’église anglicane Saint-Alban de Copenhague qui nous ravit : elle est aussi charmante à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Toutefois, s’il est une église qui mérite que l’on s’y attarde, c’est bien la Marmokirken (ou l’église de marbre), et son dôme de 31 mètres de diamètre (le plus grand de Scandinavie). À deux pas, le palais d’Amalienborg fait office de résidence d’hiver pour la famille royale, rien que cela. On y croise ainsi les hommes de la Garde Royale vêtus d’impeccables uniformes.

marmokirken à copenhague

La Marmokirken, ou l’église de marbre

Autre monument royal, le château de Rosenborg se situe non loin de là, en plein cœur du Jardin du Roi (Kongens Have). Enfin, la Rundetårn (ou tour ronde) mérite aussi le détour. Tout en haut de ses 34 mètres se trouve le plus ancien observatoire d’Europe toujours fonctionnel.

Où dormir à Copenhague?

Si vous préparez actuellement votre visite de Copenhague, mieux vaut réserver à l’avance votre logement au meilleur prix, notamment en haute saison touristique. La ville est relativement chère et les voyageurs à petit budget ne s’y attarderont pas, toutefois, le détour vaut le coup!

Budget backpacker fauché : l’une des auberges de jeunesse les moins chères de Copenhague, le Bedwood hostel accueillera les voyageurs en sacs à dos dans une bonne ambiance et dans le centre-ville. La connexion wifi est bonne, l’établissement propre, difficile de trouver un meilleur rapport qualité prix dans cette capitale bien que les plus fauchés d’entre vous risquent de faire la grimace : bienvenue au Danemark!

Petit budget : comme je l’écris ci-dessus, parler de petit budget à Copenhague relève un peu de l’ironie… Toutefois, vous pouvez poser vos bagages au Downtown hostel, autre auberge de jeunesse bien située et réputée pour ses concerts et sa convivialité.

Budget moyen : confortable, bien située, propre et design, dotée d’espaces communs conviviaux, Generator Copenhagen est l’auberge de jeunesse parfaite pour découvrir la capitale danoise dans la bonne humeur, durant quelques jours.

Budget confortable : autre hôtel localisé en plein centre, l’Andersen vous permettra de déguster quelques verres de bon vin lors de ses wine hours,  avant de regagner votre chambre à la déco sans fausse note.

Le top : si votre budget vacances vous le permet, ne manquez pas de séjourner au sein de l’établissement Absalon, réputé pour son charme, son buffet scandinave servi au petit déjeuner et sa tranquillité, pourtant situé en plein cœur de Copenhague (tout près de Tivoli).

En famille : pas évident de voyager avec ses petits bouts dans une capitale réputée si chère… Le mieux? Louer un petit appartement (deux chambres et cuisine équipée) dans l’hôtel Adina, ce qui permettra aux enfants de prendre un peu de repos et aux parents de faire de belles économies. La piscine et le jacuzzi feront plaisir aux grands comme aux petits, le tout à cinq minutes à pied de la petite sirène!

Visiter Copenhague, c’est aussi goûter à…

Ce qu’il y a de bien lorsque l’on voyage avec sa Maman, c’est que l’on peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Autrement dit, on peut commander une assiette de frites au restau (juste parce que ça fait une éternité), tout en goûtant aux spécialités locales (en picorant dans l’assiette de Mamounette, juste parce qu’elle est cool). Je me gave donc de french fries (au diable le glanage alimentaire et tant pis pour le folklo : l’estomac passe avant tout), tout en dégustant LA spécialité danoise : le hareng, sous toutes ses formes.

Aujourd’hui et comme souvent, le sild (hareng) est servi avec du pain de seigle, un jaune d’œuf battu qui fait office de sauce, et quelques crudités. Dans les quatre ramequins, il est accommodé de différentes marinades : câpres, moutarde, au naturel, et aussi à la cannelle, épice que l’on retrouve dans de nombreux plats et pâtisseries en Scandinavie. Si l’aspect est un peu surprenant, le goût se révèle irrésistible, et en plus il n’y a pas d’arêtes!

manger hareng danemark

Visiter Copenhague, c’est déguster du hareng, du hareng, avec un peu de hareng…

Notre escapade est passée bien vite et il nous faut déjà retourner en Suède. Si je sais que je reviendrai vite dans la capitale danoise, il est temps pour ma Maman de faire son sac et de rentrer à Orléans.

Je la retrouverai avec hâte pour les fêtes de fin d’année : ma pause annuelle tant attendue de mon long tour du monde. D’ici là, je lui souhaite un bon retour en France, et la remercie pour ces quelques jours de retrouvailles familiales!

Et vous, aimeriez-vous visiter Copenhague? Si vous connaissez déjà, avez-vous quelques bons plans à recommander? N’hésitez pas à partager vos infos avec nous dans les commentaires!


visiter copenhague

Épinglez cet article sur Pinterest !

Join the discussion 14 Comments

Leave a Reply